Cinq Générations et toujours la même passion… Chaussures Violleau, Vendée.

chaussures violleau

C’est un peu l’atelier de la chaussure. Idéalement situé et accessible à l’entrée-même des Sables-d’Olonne, le nouveau magasin des Chaussures Violleau étale sur plus de 300 m2 les marques les plus réputées : Emilie KARSTON, DORKING, LAURA VITA, RIEKER, REMONTE,
MARCO TOZZI, PIKOLINOS, MEPHISTO, BUGATTI etc… Un vaste choix de produits de nouvelle génération à la pointe de la technique et de la mode, mais toujours à l’image de l’entreprise, confortables et de qualité, à des prix compétitifs !

chaussures violleau 2

Un siècle et demi d’expérience…

Avec ce nouvel espace ouvert en mars dernier, c’est une nouvelle empreinte que Les Chaussures Violleau inscrivent sur les pavés de la ville. Un nouveau pas dans l’histoire pour une entreprise historique. Fondée en 1830, cette petite affaire a su développer son savoir-faire et sa renommée au fil des générations tout en restant dans l’air du temps.
Dans le métier depuis plus de quarante ans, Luc Violleau a repris, après son père, l’entreprise fondée par son ailleul en 1830, à Vairé. Aujourd’hui ce sont les jeunes qui rentrent en scène : Carine et Séverine apportent une nouvelle vision de la mode et dynamisent l’entreprise.

chaussures violleau 5

…Et toujours la même passion

Chez les Violleau, l’amour du métier se transmet de génération en génération. Son public, lui, ne change pas. Mais son mode de vie change. Ses goûts changent. Heureusement, l’entreprise a bien su comprendre les exigences d’une clientèle qui souhaite vivre avec son temps, en proposant des produits de qualité : Collections homme, femme ou enfant, toujours plus jeune et tendance.

chaussures violleau 4

Un retour attendu

Son retour aux Sables-d’Olonne répond à une véritable demande des habitués de l’enseigne, dont beaucoup n’hésitaient pas à se rendre jusqu’au siège de l’entreprise, à Vairé.
L’ouverture de ce nouveau temple de la chaussure est à l’image de la qualité et de l’accueil de l’équipe des chaussures VIOLLEAU !

chaussures violleau6

Contact :
CHAUSSURES VIOLLEAU Les Sables
104 bis av. du Général de Gaulle – Olonne-sur-Mer – 85340 Les Sables d’Olonne
Tél. : 02 51 01 00 98 / chaussuresviolleau@hotmail.fr
Retrouvez-nous sur Facebook chaussures violleau Les Sables

A lire dans LES SABLES D’OLONNE Magazine n°21, Parution Mai 2019

Carnet de Voyage… Destination Birmanie !

Destination BIRMANIE 1

Frédéric FLAMEN est né le 8 mars 1965 à Paris. À l’adolescence, il fréquente le club photo du centre culturel de Brive-la-Gaillarde où il y apprend l’art de la photographie…
La passion le prend et ne le lâchera plus.

Destination BIRMANIE 2

 

À 17 ans, il part au Mali pour un reportage sur la tribu des Dogons. C’est le coup de foudre… pour l’Afrique, et les voyages ! Une autre passion, chevillée au corps.
Le continent africain d’abord : Cameroun, Mali, Haute-Volta (Burkina Faso), Namibie… puis cap sur les îles : Madagascar, Réunion, Mayotte, Nouvelle Calédonie…
Frédéric admire aussi l’Italie qu’il a sillonnée du Nord au Sud.

 

Destination BIRMANIE 6

 

L’appareil toujours en bandoulière, il concilie sa vie de photographe professionnel et les voyages. Le voici de retour d’Extrême-Orient pour nous faire découvrir son dernier coup de cœur, le pays des temples et des pagodes : LA BIRMANIE.

Destination BIRMANIE 3 

 

 

 

 

« Mon voyage au Myanmar (ex-Birmanie) m’a permis de découvrir un pays largement méconnu de l’Asie du Sud-Est. C’est le pays des temples et du bouddhisme, des femmes girafes sur le Lac Inlee. Assister aux levers et couchers de soleil dans la vallée de Bagan et ses 2 000 temples, est un moment qui, à lui seul, vaut le voyage. J’ai ramené de ce pays une grande diversité de vues. Loin des clichés catastrophiques dont les médias nous abreuvent. Autant de preuves que ce pays, en pleine mutation, est bien plus grand qu’il n’y paraît.
Je suis tombé sous le charme des Birmans, peuple accueillant, tranquille, pétri de gentillesse. C’est donc un autre regard que je vous propose. J’espère vivement que cet aperçu de cette merveilleuse Birmanie vous enchantera ».

Blog : Art-images Frédéric Flamen

A lire dans le Magazine de Challans, Mer et Marais n°1, Parution Avril 2019

Passion du détail et de l’Histoire !

Shako, dolman, colback et pelisse, aucun détail ne manque dans le défilé imaginaire, haut en couleur qu’un Vendéen féru d’Histoire nous invite à découvrir…

Philippe Ménager allie sa passion de l’Époque napoléonienne avec son adresse et sa dextérité manuelle. Collectionneur impénitent, il aligne sur ses étagères des reproductions des soldats de la « Grande Armée » (grenadiers, dragons, voltigeurs, hussards…) qu’il a peints et détaillés avec une finesse extrême.
En 40 ans, plus de 2000 figurines, symboles historiques du Premier Empire, sont passées entre ses mains expertes.

TECHNIQUE PEINTURE
Napoléon occupe obligatoirement une large place dans ce panthéon miniature : debout, assis les pieds posés sur un tambour, à cheval, l’Empereur s’expose dans bien des attitudes rappelant certains tableaux célèbres.
Mais quelles que soient les postures ou la taille des figurines, la finesse des détails est extrême avec leurs couleurs authentiques, issues d’une documentation et d’une iconographie historique impressionnante accumulées au fil des années.
L’œil se régale à détailler le résultat de ce travail d’orfèvre que Philippe Ménager conserve précieusement au sein d’une véritable caverne d’Ali-Baba de la figurine. Curieux s’abstenir, le musée n’est pas encore ouvert.

SOLDATS PHIL

A lire dans la Roche-sur-Yon Magazine n°13, Parution décembre 2018

QUAND RÉNOVATION RIME AVEC PASSION…

Dans la campagne vicomtaise, cette maison était laissée à l’abandon. Un jeune couple en a fait l’acquisition avant de procéder à une profonde rénovation. Ils ont tout fait par eux-mêmes… ou presque. Et c’est très réussi !

Achaque fois qu’ils se promenaient dans le coin, Claire et Clément ne pouvaient s’empêcher de porter leur regard sur cette ancienne bâtisse. Ils se disaient qu’elle en avait du charme cette maison… Qu’il y avait moyen d’en faire quelque chose.
Tout est à refaire ? C’est bien ce qui leur plaît. Car, plus que le travail énorme à prévoir, ce qu’ils voient surtout, c’est le fort potentiel du lieu.
Il y a moyen de se faire plaisir, de donner libre cours à leur imagination… Et apprendre. Apprendre à construire. Apprendre à bricoler. Apprendre à rénover.
La propriétaire de la maison n’a jamais eu l’intention de vendre. Ce qu’elle veut, elle, c’est que la vieille demeure reste dans la famille. Finalement, elle va se faire une raison. Elle se dit que c’est peut-être mieux comme ça. Pour Claire et Clément, l’aventure peut alors commencer… L’idée est… Claire ! La priorité est de conserver l’esprit du lieu. C’est une maison en pierre. Elle va le rester. Et cela va se voir. Bien sûr, la transformation est importante. Il est nécessaire de créer davantage d’ouvertures pour apporter plus de lumière. Et, à l’intérieur, des murs porteurs sont détruits pour donner davantage de volume.
Le résultat s’avère magnifique. Au rez-de-chaussée, les nouveaux propriétaires bénéficient d’une grande pièce de vie où le sol en tomettes se marie parfaitement avec les poutres en chêne du plafond. Une jolie cuisine, un bureau et une salle de bain viennent compléter le tout. A l’étage ? Une seconde salle de bain et trois chambres très agréables. Dans un premier temps, l’une d’entre-elles avait été aménagée en mezzanine.

Ecologique avant tout
Outre l’aspect esthétique, le couple a tout particulièrement porté sa réflexion sur une question primordiale à ses yeux : Comment faire de cette maison une habitation performante en matière de consommation d’énergie ? La toiture, déjà, sera refaite à neuve. Et la décision de poser un frein-vapeur pour lutter contre l’humidité ne se posera pas très longtemps. Son efficacité est prouvée. Pour la nouvelle dalle, Claire et Clément opteront pour un béton d’argile disposé sur un hérisson de cailloux surmonté de liège en panneau. Les matériaux écologiques seront toujours privilégiés.
Laine de bois et ouate de cellulose pour l’isolation des murs nord et est de l’étage. Au sud, ce sera un torchis allégé « fait maison » (voir encadré).
Des choix judicieux. Tout comme celui d’installer une vmc double flux et, sur le toit, un panneau solaire assurant la production d’eau chaude sanitaire. Pour ce qui est du mode de chauffage, le choix s’est porté sur un poêle de masse, certes volumineux, mais facile à utiliser et… très économe. Trois stères de bois s’avèrent effectivement suffisantes à l’année pour assurer une température agréable sur l’ensemble des 110m². Enfin, un bassin de phytoépuration est venu régler la question de la gestion des eaux usées.

AVANT :

AVANT

APRES :

APRES

Lire la suite dans L’Habitat durable n°11 – parution septembre 2018.

Elisabeth Vezin-Mourcou, la poésie ou la vraie vie en partage

Si on avait dit à Elisabeth Vezin-Mourcou, responsable du Poney-Club de La Roche sur Yon, qu’elle écrirait un jour, l’aurait-elle cru ? Pas sur. Et pourtant, cette amoureuse des mots a déjà publié plus de neuf livres.

Pour en savoir plus : La Roche sur Yon Magazine article Elisabeth Vezin Mourcou

Jean-Baptiste Lorin et Anne-Lise Mabire, les luthiers yonnais

C’est à la Roche-Sur-Yon que le chemin de ces 2 jeunes luthiers se croise. Pendant quelques temps, ils ont partagé le même atelier de luthiers. Aujourd’hui, ils continuent à travailler ensemble pour la fabrication d’instruments de musique.

Pour en savoir plus : La Roche-Sur-Yon Magazine n°9, pages 88, 89 et 90