La passion créatrice de Madeline Guérin, Costumière d’Autrefois Challans, Vendée

MADELINE GUERIN

De la couture au dessin, du dessin à la couture…

L’habit ne fait pas le moine, mais le costume peut faire le Maraîchin. Madeline Guérin, la costumière salariée d’Autrefois Challans, en sait quelque chose. En dix ans, cette passionnée aux doigts de fée a réalisé et raccommodé plus de 4 000 costumes pour les quelques 1 300 bénévoles de l’association. Des vêtements d’époque (1900-1920), qu’elle dessine et confectionne entièrement elle-même de A à Z. Retour au début du XXe siècle, où cette couturière et illustratrice mordue de dessin fait revivre, à chaque foire, les plaisirs simples de la vie de nos ancêtres maraîchins. Mais où sont les foires d’antan… ? Elles sont à Challans !

Concentrée sur sa table à dessin, Madeline peaufine les derniers coups de crayon de sa nouvelle création, le « potet », un jeu de l’Oie version Canard. Celui-là est bien Challandais. Il servira de support ludique pour les prochaines foires d’Autrefois Challans. Une passion beaucoup plus qu’un travail pour Madeline, qui ne manque jamais d’imagination ni de courage pour parfaire l’ambiance de ces incontournables rendez-vous annuels.

MADELINE GUERIN 2

Le plaisir des choses simples
Il faut venir y goûter pour bien se rendre compte. Humer les odeurs de volaille et des échoppes alimentaires. Entendre la musique et les chants. Et ce patois propre au Marais Breton « qu’on cause a tot ché coins de rue ».
Ici faire la foire prend tout son sens. On peut achallander, bien sûr, mais on mange aussi, on boit, on rit, on danse, on chante, on rencontre, on discute… Une bonne humeur et une joie de vivre véhiculées par les nombreux bénévoles, mais qu’on doit beaucoup aussi à Madeline.
Costumière salariée de l’association, c’est elle qui les habille depuis plus de dix ans.
Dix ans à fouiller les archives et les mémoires pour retrouver les secrets parfois bien enfouis d’un siècle révolu. Pour autant Madeline sait vivre avec son temps. « On ne vit pas dans le passé. On n’a pas de regrets en se disant : c’était mieux avant. On travaille juste pour pouvoir, quelques journées par an, retrouver un peu de simplicité et le respect des choses anciennes. »

MADELINE GUERIN 3

Un devoir de mémoire
Dix ans ! Un lustre pendant lequel, la petite fée de l’association a su se rendre indispensable. Un sacré travail, pour ne pas dire un travail sacré. Car confectionner ou repriser un costume d’époque, ce n’est pas seulement reproduire ou rapiécer un vieux vêtement abîmé, c’est entretenir un patrimoine. L’usure et l’obsolescence d’un habit vont de paire avec celles des us et coutumes d’une époque. Pour Madeline, chaque coup d’aiguille tisse un lien vers un passé et des traditions qui s’estompent.
Un devoir de mémoire en quelque sorte. Et même si Madeline n’est pas une Challandaise pure souche, (elle est née à Port-Saint-Père), elle en a très vite adopté l’histoire et les usages. « Au début, j’ai beaucoup travaillé à partir de photos, de livres, et d’images. Par la suite, l’essor des banques de données sur internet m’a beaucoup aidé. Mais je continue toujours d’apprendre auprès des anciens. ». Des techniques, un savoir-faire qu’on ne retrouve pas ou peu dans les livres.
« Beaucoup de choses se transmettaient oralement. Continuer à les utiliser et les remettre au goût du jour permet de ne pas les perdre. »MADELINE GUERIN 4

…Suite à lire dans le Magazine de Challans, Mer et Marais n°1, Parution Avril 2019