Sapins de Noël et raisins de table

Sapin

À La Rivière Rabateau, deux productions originales valorisent la petite surface de la ferme.

La première plantation de sapins de Noël est réalisée en 1996, sur un côteau de 1,5 ha. Après 6 années de culture, la vente des premiers sapins de Noël commence en 2002, auprès de quelques jardineries locales. Les clients étant satisfaits de la qualité et de la fraîcheur, de nouvelles plantations sont faites en 2003, puis les années suivantes.

Une petite troupe de onze agnelles arrive en 2006 pour participer à l’entretien de la sapinière.
Le désherbage chimique, utilisé jusqu’alors pour que l’herbe n’étouffe pas les jeunes plants, cède la place aux « tondeuses à quatre pattes » et depuis l’arrivée des moutons, les sapins sont cultivés en agriculture biologique.
En 2019, la sapinière couvre 25 hectares. Le Nordmann est l’espèce la plus cultivée, puis l’Épicéa, ensuite deux « cousins » de l’Épicéa qui sont le Pungens et l’Omorika, et enfin quelques Nobilis. Environ 15  000 sapins sont vendus chaque année. Les plus grands (10 m) font le bonheur des collectivités.

Agnelles

Quel âge à un sapin de Noël de 1.70 m ?
Environ 12 ans ! Eh oui, la graine de sapin pousse lentement. Il faut 4 ans de pépinière pour que le plant atteigne 25/30 cm. Cette jeune pousse sera ensuite plantée dans un champ où elle restera 6 ans pour atteindre 1 m, 8 ans pour 1,70 m et jusqu’à 15-20 ans pour 10 m.

SAPIN2

Prolongez la fraîcheur de votre sapin…
En lui offrant de l’eau dans une coupelle, comme des fleurs dans un vase.

VINS

Les raisins de table ont été plantés en 2014, sur une surface de 6000 m2. Douze variétés y sont cultivées, avec principalement le Muscat de Hambourg et Alphonse Lavallée pour le rouge, Exalta (goût muscaté), Centennial Seedles et Chasselas pour le blanc. Ce sont des variétés avec peu de pépins. En prévision des intempéries, les vignes sont sous abri. Elles sont cultivées en agriculture biologique. La récolte commence la deuxième quinzaine d’août et se termine fin octobre. Les raisins sont vendus dans des magasins de proximité, sur des marchés locaux, chez quelques grossistes et aussi à la ferme.

A lire dans le magazine J’OSE EN VENDEE n°6 – Parution Avril 2019

Des éco-gestes à la maison

L’espace Info Énergie de Vendée vous propose de découvrir quelques gestes simples et astuces pour limiter vos consommations d’énergie à la maison.

Je m’absente plusieurs jours :

Chauffage
Pour bon nombre d’entre nous il existe dans l’année des périodes d’absence prolongée. Il est conseillé de diminuer jusqu’à la mise en hors gel pour une absence supérieure à 2 jours. Il existe aujourd’hui des programmateurs qui vous permettent d’anticiper votre retour, ce qui rend transparent cette diminution drastique de la température de consigne.

Eau chaude
Dans la même logique, vous pouvez couper totalement la production d’eau chaude sanitaire surtout si vous avez une chaudière avec accumulation. Pour un ballon électrique, il ne faut pas avoir peur de retrouver un ballon froid mais au-delà de 4 jours, les économies sont substantielles.

Ventilation
Pour des absences de plus de 4 jours, couper la ventilation, mais attention cependant au niveau d’humidité intrinsèque à votre maison. Ce geste est donc à effectuer au cas par cas.

Fuites d’eau
Pour un diagnostic rapide et efficace des fuites du logement, une absence prolongée est toujours le bon moment pour faire un relevé des compteurs et notamment celui de l’eau. La mesure sera alors nette et sans bavure.

L’eau coule moins vite
Aujourd’hui il est indispensable de maîtriser nos consommations d’eau, surtout si celle-ci est chauffée. Un calcul rapide nous apprend que pour 1 m3 d’eau tiède, soit 5 bains, vous avez environ 3,5 € pour l’énergie et 4 € pour l’eau elle-même soit une dépense de 7,5 €.
Pour être efficace dans l’utilisation de cette eau tiède, il suffit parfois de réduire le débit des robinets avec un mousseur.
Il se plaçe au bout des robinets et a pour vertu, de mélanger l’air à l’eau et donc de réduire la vitesse d’écoulement. On peut aussi réduire la pression avec un réducteur de débit. Cela se fait soit à l’aide d’un embout, soit d’une rondelle à placer à une jonction comme celle de la pomme de douche par exemple.
Ces investissement vous coûterons moins de 2 € pour chacun et seront en moyenne source d’une cinquantaine d’€ d’économies annuelles.

Je régule à la pompe
La régulation du système de chauffage peut se faire à 2 échelles différentes : à l’échelle temporelle et à l’échelle spatiale. Pour la première, nous pouvons jouer sur la programmation type jour nuit, ou présence absence, pour la seconde, nous avons des thermostats plus ou moins indépendants.
Pour un système centralisé avec chaudière et circuit hydraulique sur radiateur, le thermostat d’ambiance sera un allié important puisque celui-ci placé dans l’endroit le plus frais de la maison déclenchera ou non la production de chaleur. Les autres pièces seront alors régulées en complément avec des robinets thermostatiques pièce par pièce.
L’astuce proposée aujourd’hui est de vérifier comment fonctionne le circulateur ou la pompe de circulation. La manière la plus efficace d’installer votre thermostat c’est d’asservir la pompe de circulation à la demande, la pompe n’a pas d’intérêt à tourner quand le brûleur ne fonctionne pas. Ce geste peut générer une économie de de 200 à 300 kWh/an voire d’avantage si vous n’éteignez pas votre chaudière en été.

Je débranche ma box
Aujourd’hui tout un chacun a une box ou un décodeur satellite ou TNT. Ces appareils sont en permanence branchés. Sachez toutefois qu’une box consomme de 15 à 30 Watts en permanence, ce qui représente une dépense annuelle comprise entre 15 et 30 euros si celle-ci est sous tension 24h/24 et 365 jour par an. Si par exemple nous sommes absent tous les jours de la semaine de 8h00 à 17h30 et que nous dormons de 23h00 à 6h30, couper les connexions de 8h30 à 17h00 et de 00h30 à 6h00, ce qui correspond à 14h de gagnées par jour. A raison de 5 jours par semaines sur 47 semaines, on économise alors 49kWh pour une puissance de 15W. Cette économie s’élève à un peu mieux de 5 euros ce qui correspond à une réduction d’un tiers de la consommation initiale de la box. Pour y arriver simplement il suffit de se munir d’un programmateur et de bien dimensionner ces plages horaires.…

Suite A lire dans le magazine J’OSE EN VENDEE n°5 – Parution Avril 2018

Offset5 OSE le mag des + de 50 ans

Parce que la vie ne s’arrête pas à 50 ans. Mais, qu’au contraire, il est temps d’en profiter et de croquer dedans à pleine dents, les Editions Offset 5 ont choisi de consacrer leur dernier né à ces quinquas (et plus…) qui sont bien dans leur peau.

D’ores et déjà disponible dans les maisons de presse du département, « J’OSE » est le magazine du bien-être en Vendée. Loisirs, bons plans, vie pratique ou encore recettes de cuisine, les thèmes sont nombreux et variés. Vous retrouverez également différents portraits, reportages ou conseils d’expert.

Bien sûr, « J’OSE », c’est aussi et surtout un magazine de grande qualité, la marque de fabrique des Editions Offset5. Magazine 100% Vendéen, « J’OSE » fait la part belle aux visuels et à l’info du département.

A découvrir sans modération !

Editions Offset5
3 rue de la Tour
85150 La Mothe-Achard
Tél : 02 51 94 77 78