Isoler mon sous-sol et mes combles pour 1€, c’est possible !

Avec plus de 1500 chantiers d’isolation de combles à son actif, Eco Atlantique est devenue une référence dans notre région. Désormais, elle assure également l’isolation des sous-sols ou des vides sanitaires.

Isolation a 1 Euro

Quelles sont vos prestations ?
Eco Atlantique assure l’isolation des combles pour limiter au maximum les déperditions de chaleur dans une maison et ainsi améliorer le confort de vie et faire des économies de chauffage. Certifié RGE-Certibat, nous faisons bénéficier à nos clients des aides financières dédiées à l’éco-rénovation. Nous nous occupons de toutes les démarches administratives et ainsi nos clients n’ont rien à faire. Ainsi, pour un tiers de nos clients, notre intervention est entièrement gratuite grâce à la prime énergie et au crédit d’impôt.
La prime énergie est calculée au m2 et dépend des revenus du ménage et du moyen de chauffage. Le crédit d’impôt : vos travaux d’isolation effectués en 2018 vous permettent d’obtenir un crédit d’impôt de 30 % en 2019.

Isolation Combles

Les montants sont-ils importants ?
« Pour isoler 80 m2 de combles perdus avec de la laine minérale soufflée d’une épaisseur de 32 cm, la prime énergie paiera la totalité des travaux pour environ un tiers de nos clients, sans aucune avance de frais de leur part. Pour le second tiers de nos clients, le montant de la prime énergie et le crédit d’impôt ramèneront le coût du chantier à seulement 473€. Enfin pour le dernier tiers, le coût final ne dépassera pas les 704€ TTC, largement moins coûteux que de réaliser ses travaux soi-même.»* Nous réalisons actuellement une centaine de chantiers par mois en Vendée.

Et maintenant le sous-sol.
Désormais, Eco Atlantique isole également les soussols et vides sanitaires en vous faisant bénéficier du même dispositif financier que pour les combles. Nous utilisons le procédé Jetspray de Knauf qui est une solution innovante et respectueuse de l’environnement. Nous projetons un isolant sur une dizaine de centimètres qui adhère sur tout type de support. Cet isolant est totalement sain et neutre en matière de dégagement de particules.ISOLATION SOUS-SOLS

 

ISOLATION SOUS-SOLS 2

Article à Lire dans le Magazine de L’Habitat durable n°11, Parution Septembre 2018

En vente 4€50 en maison de presse.

Construire ou Rénover ? Le choix du neuf contre l’ancien

Vous êtes décidé à devenir propriétaire, mais vous hésitez entre faire construire votre maison ou en acheter une à rénover. Deux projets très différents, qui présentent chacun des avantages et des inconvénients.

CONSTRUIRE

CONSTRUIRE MOINS

RENOVER + et -

Article à Lire dans le Magazine de L’Habitat durable n°11, Parution Septembre 2018

En vente 4€50 en maison de presse.

PRATIQUEZ LE « COTOITURAGE » AVEC COWATT

Le partage de panneaux solaires. Voilà ce que propose la coopérative CoWatt propulsée notamment par l’association Elise en Vendée.

C’est donc en Vendée que les deux premières installations de « cotoiturage » ont été mises en exploitation. Mais le cotoiturage, qu’est-ce que cela peut bien être exactement ? L’objectif de départ est simple : produire ensemble notre électricité en utilisant les énergies renouvelables. Mais pour impliquer le plus grand nombre, l’idée était de faciliter les démarches entre les habitants désireux de mettre leurs toitures à disposition et ceux ne disposant pas de surfaces adéquates mais prêts à financer ce genre de projet.
L’association Elise, pour la Vendée, en partenariat avec l’association Alisée, basée dans le Maine-et-Loire, ont donc développé le projet CoWatt avec trois mots d’ordre : souplesse, simplicité et mutualisation.
Les habitants qui souhaitent participer au projet n’ont plus qu’à rejoindre une communauté locale. Constituées à partir du tissu social local existant, ces communautés se mobilisent alors pour développer collectivement une centrale solaire photovoltaïque. Une démarche groupée d’autant plus pertinente qu’elle mutualise les risques et sécurisent les investisseurs. Quant aux démarches administratives et juridiques, elles seront gérées par la coopérative. Tout comme les questions techniques.Le bail de location signé, la centrale solaire sera installée sur une toiture privée. En contrepartie, le propriétaire recevra une rémunération. De plus, celui-ci jouira de la propriété de la centrale à la fin du contrat d’achat d’électricité, 20 ans plus tard.
L’idée a fait son chemin. Et, à terme, ce sont 1000 toitures solaires qui sont envisagées sur la région des Pays de la Loire d’ici cinq à dix ans. Avec un objectif très clair : créer les conditions d’un monde plus respectueux de l’environnement. En mai dernier, CoWatt a d’ailleurs remporté le concours «Mon projet pour la planète» organisé par le ministère de l’Ecologie et doté de 100 000 euros.

SHEMA COTOIT

Plus de renseignements sur :
www.cowatt.fr / Didier Gauvin au 02 51 08 80 88

Article a Lire dans le Magazine de L’Habitat durable n°11, Parution Septembre 2018

En vente 4€50 en maison de presse.

Rencontre avec Marie Chappat, Architecte

Une MAISON PASSIVE, Pourquoi ?

« Une maison passive, c’est une maison très peu énergivore »

Rencontre avec Marie Chappat. Architecte DPLG, elle est la gérante de l’agence INSO, basée à Cholet, qui a réalisé l’habitation de monsieur et madame Collon à Mortagne-sur-Sèvre. Une maison passive labellisée comme il en existe encore très peu en Vendée.

A Mortagne-sur-Sèvre, vous avez réalisé une maison passive. Mais c’est quoi, au juste, une maison passive ?
« C’est une maison qui est conçue pour être très peu énergivore. Par rapport à une maison traditionnelle, il n’y a pas forcément de différence au niveau de l’architecture. Mais l’idée est de mettre en place différents systèmes techniques qui permettent d’apporter un maximum de confort en toute saison en consommant un minimum d’énergie. »
L’idée est notamment de faire des économies de chauffage…
« Une maison passive n’a effectivement pas besoin de système de chauffage. Le concept du bâtiment passif est que la chaleur dégagée à l’intérieur par les habitants et autres appareils électriques, ainsi que celle apportée par l’extérieur grâce à l’ensoleillement, suffisent à répondre aux besoins de chauffage. »

MAISON PASSIVE

Et comment on arrive à cela ?
« Déjà, tout part du terrain. Comment est-il orienté ? Quel est son environnement géographique ? Il n’y a jamais de terrain parfait, ou très rarement. Mais il faut voir quels bénéfices on peut en tirer. On va partir sur une conception bioclimatique. Il faut réfléchir à l’orientation des pièces. Capter le soleil, tout en s’en protégeant. Les pièces de vie seront favorisées. »

L’isolation est également prépondérante, non ?
« Une maison passive, c’est une maison parfaitement isolée. Il faut limiter au maximum, voir éradiquer, les ponts thermiques qui engendrent des déperditions de chaleur. Pour cela, on doit les identifier. Et ensuite, on travaille dessus en allant chercher les meilleures performances dans les techniques de construction. On peut faire une isolation extérieure et intérieure par exemple. Mais si on a construit avec des blocs béton-chanvre, l’isolant est déjà présent. » On parle de réduction des ponts thermiques, mais également de l’étanchéité à l’air. Quelle est la différence ?
« Les ponts thermiques concernent la chaleur. Alors que, là, il s’agit davantage de courants d’air, chauds ou froids. L’étanchéité à l’air doit également être optimale. Deux tests sont nécessaires. Un en fin de chantier bien sûr, mais aussi en cours de chantier. Car s’il y a un souci, il sera difficile de savoir d’où ça vient une fois que l’isolation intérieure aura été réalisée. Pour obtenir le label passivhauss, on est à peu près à quatre fois moins de fuite d’air toléré que pour la réglementation actuelle (RT 2012). L’interaction avec les différents artisans est primordiale elle aussi. Car il ne faudrait pas qu’un plombier ou un électricien vienne faire un trou dans une membrane d’étanchéité pour passer un câble. »

Et le triple-vitrage, c’est obligatoire ?
« Non. Il est recommandé, mais ce n’est pas toujours une obligation. Cela dépend souvent de la localisation de l’habitation, de son orientation aussi. A Mortagne, par exemple, on n’en a pas eu besoin.
Une maison passive, c’est donc une maison parfaitement isolée, étanche… Mais on respire comment dans ces conditions ?
« Grâce à la VMC double flux qui est obligatoirement performante dans une maison passive. Le système a un rendement minimal à respecter avec, une fois encore, une priorité : éviter les pertes. La VMC double flux permet un échange de calorie au croisement des flux d’air. En clair, on récupère l’énergie de l’air sortant pour réchauffer ou refroidir l’air entrant. Et je vous rassure, on respire très bien. On respire même d’autant mieux que la VMC double flux a aussi pour vocation de maintenir la qualité de l’air grâce à plusieurs filtres au niveau de la prise d’air et dans la machine. »
Et les équipements électriques da la maison ?
« Ils sont pris en compte dans les calculs. Logiquement, on ne va pas chercher des équipements énergivores lorsqu’on fait construire une maison passive. Mais si cela doit être le cas, on essaie d’anticiper. »

maison passive 2

Quatre critères permettent de déterminer si un bâtiment peut obtenir la labellisation « Bâtiment Passif/ Passivhauss » :
1 – Besoins en chauffage < 15 kWh/(m².a) ou puissance de chauffe < 10 W/m²
2 – Besoins en énergie primaire totale (électroménager inclus) < 120 kWh/(m².a)
3 – Étanchéité de l’enveloppe : n50 ≤ 0,6 h-1
4 – Moins de 10 % d’heures de surchauffe annuelles (>25°C)

Article a Lire dans le Magazine de L’Habitat durable n°11, Parution Septembre 2018

En vente 4€50 en maison de presse.

DECO : Le détail qui change tout !!!

Peintures & Enduits à effets décoratifs

Envie de changement, de nouveautés ? Il suffit parfois d’un détail pour donner à son intérieur une âme inédite. Les peintures et enduits à effets décoratifs offrent une multitude de possibilités pour donner du style à votre intérieur.

Le métal griffé
Le métal griffé est un enduit décoratif ultra-métallisé qui sublime les murs. Il prend toutes les nuances des métaux en deux effets personnalisables : lisse ou griffé. Associé à un mobilier contemporain ou minimaliste, le Métal Griffé est idéal pour les salons et chambres à l’esprit épuré et sophistiqué mais aussi pour des salles de bains ou cuisines grâce à son vernis protecteur incolore.

METAL GRIFFE

Le Stuc
Enduit à effet marbré, le stuc apporte raffinement et élégance pour une décoration contemporaine et sophistiquée. Blanc, bleu vénitien, marbre Turquin…, la gamme propose des teintes qui s’inspirent des plus beaux hôtels et palais florentins. Ses protecteurs incolores lui permettent aussi d’investir les cuisines et salles de bains pour des pièces hautement stylées.

DECO ENDUITS 2Le stuc industrie
Enduit lisse métallisé et inspiré de l’architecture contemporaine fait écho à l’ambiance des lofts industriels londoniens ou new-yorkais. L’effet se veut sobre, des teintes douces aux reflets changeants, captant la lumière entrante.

Magazine de l’Habitat durable n°10 – Parution septembre 2017

A voir directement sur Habitat durable 2017