La fleuriste Isabelle Brethomé, Meilleure ouvrière de France

ISABELLE BRETHOME

Isabelle Brethomé a été sacrée Meilleure ouvrière de France en octobre 2018 à Chartres grâce à ses créations végétales.
Un titre qu’elle gardera à vie, récompensant ses 30 années d’expérience dans le domaine des fleurs.

Voilà trois ans qu’Isabelle Brethomé a ouvert sa petite boutique de fleurs aux Sables-d’Olonne dans le quartier des Présidents, lorsqu’elle est venue s’installer en Vendée avec sa famille. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la fleuriste a vadrouillé depuis ses débuts dans ce beau métier. Elle a été responsable de magasin et a exercé 10 ans en tant que formatrice à l’école La Pivèrdière à Angers, s’envolant même pour le Japon et la Corée afin d’enseigner l’art floral. « J’ai voulu revenir à quelque chose qui était ancré en moi en ouvrant ma boutique. »

ISABELLE BRETHOME 2

Dépassement de soi

Un parcours qui lui a permis de développer son savoir-faire et d’obtenir le titre de Meilleure ouvrière de France en octobre dernier à Chartres, après 23 heures d’épreuves sur trois jours. Le Graal, symbole du dépassement de soi pour la fleuriste qui avait déjà participé à une édition du concours il y a 8 ans, sans succès. « Après une première sélection sur dossier, 34 personnes ont été retenues, puis huit ensuite. Finalement, nous sommes cinq à avoir reçu le titre de Meilleur ouvrier de France, dont trois hommes et deux femmes. Il y a 8 épreuves qui vont de l’infiniment grand à l’infiniment petit, c’est complètement différent de ce que l’on fait en boutique. On est jugé par nos pairs, la moitié en Meilleurs ouvriers de France et l’autre moitié entre salariés et formateurs », détaille la fleuriste qui considère devoir aussi sa victoire à sa famille. « Ce n’est pas un concours que l’on fait seul, il faut avoir une équipe derrière, on emmène tout le monde avec nous. Se lancer dans ce parcours, c’est un challenge et un dépassement de soi personnel. Lorsque j’ai reçu le titre, j’ai eu la sensation de faire partie de la grande famille. C’est très gratifiant d’obtenir la reconnaissance de ses pairs d’autant plus que c’est vraiment un examen : il y a des corps de métier où il n’y a pas eu de Meilleur Ouvrier de France. »

ISABELLE BRETHOME 4

Fleurs de saison

Dans sa boutique, Isabelle Brethomé a à cœur de travailler les fleurs au gré des saisons. « Un beau bouquet, ce sont des fleurs de saison. J’adore travailler des produits différents tout au long de l’année, des fleurs coupées, des arrangements de plantes… », poursuit la fleuriste pour qui ce métier était une évidence. « Je voulais exercer un métier de l’artisanat, faire quelque chose de mes mains, créer. Le végétal me plaisait, c’est donc tout naturellement que je me suis dirigée vers la fleur », confie-t-elle. Dans son magasin, elle privilégie les fleurs des producteurs français lorsqu’elle le peut mais vend également des fleurs venues d’Italie, d’Israël, d’Équateur… Son coup de cœur ? « Les fleurs roses, un peu légères. J’adore faire des couronnes qu’on peut faire sécher », confie Isabelle Brethomé que l’on n’arrête plus lorsqu’elle parle de sa passion.

ISABELLE BRETHOME 3
Promouvoir l’artisanat

S’il y a bien un point sur lequel Isabelle Brethomé insiste, c’est l’excellence que l’on trouve dans diverses disciplines artisanales…

Suite à lire dans LES SABLES D’OLONNE Magazine n°21, Parution Mai 2019

Restaurant LE PORT, embarquement gourmand ! La chaume, Vendée

LE PORT

Poissons à la plancha, accras de morue, fish and chips, produits créoles et asiatiques… la cuisine de la mer de Jules Servant et sa femme Mathilde, au restaurant Le Port, sur le quai George V, s’illustre à la fois par sa simplicité et son exotisme.
Ces deux passionnés ont fait leurs armes un peu partout autour du monde, aux Antilles, sur la côte Catalane, aux Etats-Unis ou encore en Australie. Mais c’est bien aux Sables-d’Olonne, qu’ils ont choisi de monter leur premier établissement, en 2015. « Mathilde est originaire d’ici, indique Jules. Et j’ai tout de suite eu un coup de coeur en découvrant La Chaume. »

Le cadre industriel de ce restaurant est épuré mais le plafond végétal donne à l’ensemble une ambiance cosy. Une équipe de six personnes y sert une cuisine variée qu’elle adapte en fonction des pêches et des saisons. Toujours élaborée sur place avec des produits frais et locaux. « Une cuisine sans prétention, mais faite avec de bons produits et surtout de la passion. »

LE PORT 2

Le Port – 24 quai George V – 85100 Les Sables d’Olonne – Tél. : 02 51 32 07 52

A lire dans LES SABLES D’OLONNE Magazine n°21, Parution Mai 2019

Gelateria Antoine, un glacier en toute simplicité

ANTOINE GELATERIA

Ah ces Italiens. « Ils ont l’art et la manière d’aborder les choses dans la simplicité. Les meilleures pizzas se font avec très peu d’ingrédients mais de qualité. Pour la glace, c’est pareil. Les choses les plus simples sont les meilleures. Et ce sont bien ces valeurs-là qu’on défend sur le quai de La Chaume. »
Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Antoine Juquier ne renie pas ses origines. C’est en Italie, d’ailleurs, qu’il est allé parfaire son savoir-faire. Glaces, sorbets, bâtonnets, semifreddo…
A la Gelateria, tout est fait sur place, avec simplicité et dans le respect des traditions. Les glaces sont parfumées par infusion et vous ne trouverez pas de glace fluo dans ses rayons.
Pour des faims plus consistantes, Antoine propose d’appétissants sandwiches, siciliano, firenze et à la focaccia ainsi que de délicieux gâteaux glacés faits maison.

VITRINE ANTOINE GELATERIA

Antoine Gelateria – 14 quai George V – 85100 Les Sables d’Olonne – Tél. : 02 51 23 42 90

A demain pour la suite de nos portraits…

A lire dans LES SABLES D’OLONNE Magazine n°21, Parution Mai 2019

La Cantine d’Arthur, la cuisine locale aux saveurs du monde

STEEVE MALDINEZ

Les Sablais connaissent tous La Cabane d’Arthur, cette petite guinguette d’été rouge et noir qui fait, chaque soir, le bonheur des amateurs de coucher de soleil sur la plage de Tanchet. Ils pourront désormais profiter tout au long de l’année de la Cantine d’Arthur sur le quai George V.
Le concept : une cuisine gourmande, simple et parfumée, des mets locaux aux saveurs du monde, comme le fameux wok de seiche.
Les woks, massamans, burgers, bowls, ceviches, pad thaï et masi goreng sont préparés sur place.
Fort de ses multiples expériences en France et en Angleterre, Steeve Maldinez, autodidacte passionné anime chaque jour cette cantine avec sourire et humour. Le décor est simple, épuré et végétalisé. Voici un lieu atypique où il fait « bon vivre et bon manger ».

SALLE ARTHUR

La Cantine d’Arthur – 18 quai George V – 85100 Les Sables d’Olonne – Tél. : 02 51 04 36 21

A lire dans LES SABLES D’OLONNE Magazine n°21, Parution Mai 2019

« La nouvelle vague » sur le quai de la chaume, Vendée.

3 nouveaux sur le quai

Depuis le rattachement de La Chaume aux Sables-d’Olonne en 1754, bien de l’eau a coulé dans le chenal, emportant avec elle une grande partie des rivalités qui opposaient les deux anciennes communes. Rivalisant avec le cachet du remblai et l’attrait des boutiques du centre-ville, le « berceau de la cité » a toujours su défendre son caractère vivant et populaire. Voici qu’une énergie nouvelle souffle sur La Chaume avec l’arrivée de jeunes entrepreneurs de talent.

Première vitrine de son identité, le Quai George V, en bordure de chenal, prend des couleurs. Celui qu’on appelle plus communément le quai de La Chaume, est à l’image de ses habitants : des gens au caractère enjoué avec une certaine inclinaison pour la fête, la danse et les plaisirs de bouches. Pour preuve, les trois nouvelles enseignes qui y ont ouvert leur porte côte à côte l’an dernier.

LES QUAIS

Karine et David, Steeve, et Antoine se sont installés là sans se connaître ni se concerter. On ne pouvait pourtant pas rêver de réunion plus complémentaire.
Le premier est caviste, et propose des dégustations sur place assorties de charcuterie et autres petites entrées maisons.
Le deuxième est restaurateur, et revisite principalement la cuisine du monde à la sauce vendéenne, quand ce n’est pas l’inverse.
Enfin le dernier est artisan glacier, Italien du fond de l’âme jusqu’au fond de sa cuisine.
Apéritif, plat, dessert… un triptyque de rêve pour une soirée réussie sur le quai de La Chaume.

LA GOULFINE

Dans leur querelle ancestrale avec Les Chaumois, Les Sablais avaient peut-être raison d’être jaloux car, à midi, c’est bien sur le quai de La Chaume que le soleil donne le mieux. Et qu’y a-t-il de meilleur pour déguster une bonne douzaine d’huîtres que le faire en terrasse au soleil devant une bonne bouteille de vin blanc ?
Karine et David Perocheau ne s’y sont pas trompés. Enfant du pays, Karine tenait une boulangerie dans le centre de La Chaume. Lui, était gestionnaire de patrimoine. Rien à voir avec une cave, mais leur passion commune pour le vin et l’envie de faire quelque chose ensemble les ont poussés à la reconversion.
Avec des vins de qualité, des produits d’épicerie bio et locaux, et une ambiance qui pousse à la détente, Karine et David ont su trouver leur emplacement et leur créneau. Leurs assiettes de fromages et de charcuterie qui accompagnent leurs dégustations sont à ravir, et l’ambiance est à la hauteur des produits, à la fois chic et simple. Parole de Chaumois : « ici on mange, on boit, et on vit comme chez nous. »

LA GOULFINE2

La Goul’fine – 17 quai George V – 85100 Les Sables d’Olonne – Tél. : 02 51 23 95 44

A demain pour la suite de nos portraits…

Suite A lire dans LES SABLES D’OLONNE Magazine n°21, Parution Mai 2019

Restaurant Le Fatra, les Sables d’Olonne en Vendée

PATRICE ET MP GUILLOU

Véritable porte-drapeau de la douceur de vivre en Vendée, « Le Fatra » semble définitivement inscrit au patrimoine chaumois !
Dans ce décor atypique, l’esprit s’évade en rêveries maritimes, larguez les amares sans hésiter. Venez au Fatra pour plonger dans cette « bistronimique ambiance » et goûter les plats aux saveurs iodées qui ont fait la réputation de Patrice Guillou : seiche à la plancha, le fameux thon aux épices et aussi les incontournables ris de veau. Accompagnez votre dégustation avec les vins de propriétaires sélectionnés par Marie-Pierre qui parcourt chaque année l’hexagone à la rencontre des vignerons et de leur terroir.

SALLE FATRA

Le Fatra vous propose la recette de « Cabillaud Skrein rôti en viennoise de céréales à l’encre, coulis de fanes de blettes ».

CABILLAUD SKREIN ROTI

 

Découvrez dans le Guide Vendée Gourmande n°2 la recette complète proposée par le restaurant.

A lire dans Vendée Gourmande n°2, parution juin 2019 et en vente 5,20 € dans les maisons de presse.

Ségolène Vandevelde, une découverte brillante pour la géoarchéologue

Ségolène Vandevelde

La jeune femme, qui vit à La Chaume, a découvert une nouvelle technique pour dater les occupations humaines. Grâce à ses recherches scientifiques, elle a reçu une bourse de la Fondation L’Oréal et l’UNESCO.

F comme… Fuliginochronologie

Ségolène Vandevelde est géoarchéologue et a décroché le 8 octobre 2018 la bourse France L’Oréal-UNESCO Pour les femmes et la Science récompensant ainsi son travail sur la fuliginochronologie. La fuliginochronologie ? C’est un terme qu’elle a imaginé sur le principe de la dendrochronologie (l’étude des cernes des arbres pour faire de la datation à l’année près). « Fuligine » désignant la suie. En étudiant les dépôts de suie retrouvés sur des cailloux lors de fouilles archéologiques, elle a découvert qu’on pouvait obtenir les mêmes résolutions temporelles qu’avec les cernes des arbres. « Ces concrétions calcaires se forment un peu de la même manière. La suie marque les occupations humaines et son étude dans les concrétions permet d’atteindre des résolutions temporelles inégalées pour des périodes reculées comme la Préhistoire », explique la géoarchéologue.

O comme… Occupation humaine

La suie qu’elle étudie s’est déposée dans le passé sur les parois des grottes, visible comme un dépôt noir à l’œil nu. « Lorsqu’on observe cette suie au microscope, il y a en réalité une multitude de films de suie, chacun d’eux marquant une occupation », poursuit Ségolène Vandevelde. Cette méthode permet également d’étudier le temps qui sépare deux groupes humains comme l’homme de Néandertal et l’Homo sapiens, ou d’étudier les rythmes d’occupation. « Grâce à cette technique, on peut mettre en évidence le fait qu’un groupe humain a occupé un même lieu à la même période de l’année pendant un temps donné, puis a arrêté de le fréquenter avant de revenir durant plusieurs années. »

Ségolène Vandevelde 2

G comme… Grotte Mandrin

C’est en 2012, lors d’un chantier de fouilles à la Grotte Mandrin, dans la Drôme, que Ségolène Vandevelde a eu l’idée de s’intéresser de plus près aux secrets que pouvait cacher la suie. « L’archéologue responsable de l’opération m’a montré des cailloux noircis qui sentaient le brûlé quand on les grattait. Il s’agissait en fait de suie fossilisée sous une très fine concrétion calcaire. En dehors d’une étude pionnière menée dans les années 90, les archéologues ne s’y étaient pas plus intéressés que ça jusqu’ici », confie-t-elle. Elle commence alors à se pencher sur ces dépôts en Master 1 avant de poursuivre sa thèse dessus.

M comme… Maîtrise du feu

Ségolène a fait son premier chantier d’archéologie en 2009, lorsqu’elle était encore au lycée, pour découvrir le métier.
Originaire de Beaufort-en-Vallée dans le Maine-et-Loire, elle s’est par la suite formée à l’université de Montréal où elle a suivi une licence en anthropologie qui lui a permis d’étudier l’ethnologie, la linguistique, la bioanthropologie et l’archéologie. Elle a ensuite fait un Master en préhistoire à l’université Aix-Marseille puis a poursuivi par une thèse à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Installée depuis aux Sables-d’Olonne, elle est fréquemment sur les routes pour terminer sa thèse. « J’ai obtenu une dérogation pour la continuer une année de plus. J’aimerais la rendre d’ici fin 2019 », indique Ségolène Vandevelde. La géoarchéologue a déjà d’autres projets pour la suite et envisage notamment d’étudier les origines de la maîtrise du feu. « Mon rêve ultime serait ensuite d’obtenir un poste au Centre National de la Recherche Scientifique ! »

Ségolène Vandevelde 3

R comme… Récompense

C’est en 2012, lors d’un chantier de fouilles à la Grotte Mandrin, dans la Drôme, que Ségolène Vandevelde a eu l’idée de s’intéresser de plus près aux secrets que pouvait cacher la suie. « J’ai trouvé des cailloux noircis qui sentaient le brûlé quand je les grattais. Il s’agissait en fait de suie fossilisée sous une très fine concrétion calcaire. Les archéologues ne s’y étaient pas plus intéressés que ça jusqu’ici », confie-t-elle. Elle commence alors à se pencher sur ces dépôts en Master 1 avant de poursuivre sa thèse dessus.

Suite A lire dans LES SABLES D’OLONNE Magazine n°21, Parution Mai 2019

La Ferme de Villeneuve aux Sables d’Olonne

L’Auberge de la Rivière vous propose la recette du Bar de ligne de pays, émulsion de bouillon de crevettes grises, Lentins de chêne et minis légumes.

BAR DE LIGNE

Voici une adresse pleine d’originalité dans un décor néobaroque tendance. Tout contribue au rêve avec  un petit coin de paradis, en terrasse.
Mais le meilleur est dans l’assiette préparée par le chef Jean-François Debladis et son second Luc Morteau,  les plats élaborés à base de produits locaux témoignent de leur savoir-faire, ne manquez pas les « ris de veau en escalopines aux morilles » ou le dos de cabillaud à la plancha, sur un risotto de chou-fleur, tuile parmesan, émulsion chorizo.

JEAN FRANCOIS DEBLADIS

Découvrez dans le Guide Vendée Gourmande n°2 la recette complète proposée par le restaurant.

A lire dans Vendée Gourmande n°2, parution juin 2019 et en vente 5,20 € dans les maisons de presse.

Renouvelez votre intérieur avec LES ATELIERS Stéphane Lamour

STEPHANE LAMOUR

Cuisiniste depuis 18 ans dans une société de 1987, Stéphane Lamour vous accompagne dans votre projet de cuisine ou de salle de bains. Les ateliers Stéphane Lamour qui comptent aujourd’hui plus de 6 000 clients vous proposent également la rénovation complète de votre intérieur, de la création à la réalisation.

Vous vous prenez à rêver d’une cuisine récente, conviviale et fonctionnelle comme on en voit dans les magazines, imaginant déjà ici et là ses nouveaux équipements ?
Stéphane Lamour vous accueille dans la bonne humeur et vous prodigue ses conseils pour sublimer votre bien. Il est également un spécialiste de la salle de bains et de l’architecture d’intérieur. Son équipe allie professionnalisme et créativité pour refaire de A à Z vos pièces de vie, le tout dans le respect des délais.
Il concrétise vos envies en dessinant le projet selon vos goûts, des meubles aux couleurs des murs en passant par le sol.

Apprendre à vous connaître pour dessiner VOTRE cuisine

Aux Ateliers Stéphane Lamour, on concrétise vos souhaits dans le respect des délais avec un souci principal : la satisfaction du client. Ici, on ne vous demande pas où vous aimeriez avoir le réfrigérateur mais on vous demande si vous cuisinez du frais ou si vous faites vos courses plus d’une fois par semaine, quels sont les coloris qui vous plaisent ou encore quel style de décoration intérieure vous appréciez… « Je veux que mes clients se sentent bien dans leur cuisine. Je les conseille afin qu’elle soit à la fois agréable et pratique ».

Parce qu’il faut savoir dire non pour satisfaire, Stéphane refuse parfois et oriente son client différemment de ses souhaits, uniquement pour une satisfaction totale.

Cuisines LAMOUR

Parce qu’avoir une belle cuisine ne doit pas être un luxe, les ateliers Stéphane Lamour s’adaptent à vos finances et vous garantissent la même qualité de création et de pose.
Exigeante sur la qualité, l’équipe travaille avec trois marques françaises de mobilier. « Leur durée de vie est bien supérieure aux meubles allemands, assure le cuisiniste passionné, dont l’ambition est aussi de concevoir des cuisines qui traversent les années. J’essaie de rester dans l’intemporel pour que les clients ne s’en lassent pas car on la garde pendant 20 ans. Il faut que l’ensemble soit doux, calme et reposant. »

Cuisines LAMOUR 2

La réussite de Stéphane Lamour est basée sur la connaissance des clients pour une implantation et des choix de matières conformes à leurs souhaits. C’est cette volonté de créer, de concevoir et de satisfaire ainsi que le plaisir des belles rencontres qui le fait se lever chaque matin.

Suite A lire dans LES SABLES D’OLONNE Magazine n°21, Parution Mai 2019

LES ATELIERS Stéphane Lamour, aux Sables d’Olonne en Vendée, un nouveau souffle pour votre intérieur !

Envie d’une nouvelle cuisine ? D’une salle de bain flambant neuve ?
Vous êtes à la bonne adresse.

L’équipe des ateliers Stéphane Lamour vous accompagne dans votre projet. Elle vous propose également la rénovation complète de votre intérieur, de la création à la réalisation.

Concrétiser vos souhaits

Vous vous prenez à rêver d’une cuisine récente, conviviale et fonctionnelle comme on en voit dans les magazines, imaginant déjà ici et là ses nouveaux équipements ?
Dans sa boutique du 83, boulevard Castelnau, Stéphane Lamour vous accueille dans la bonne humeur et vous prodigue ses conseils pour sublimer votre bien.
À votre écoute pour découvrir vos attentes, il concrétise vos envies en dessinant le projet selon vos goûts, des meubles aux couleurs des murs en passant par le sol.

ATELIERS SL

Imaginer l’intérieur qui vous ressemble

À l’inverse, vous êtes quelque peu dans le flou artistique quant au nouvel aménagement ? Vous aimeriez être aiguillé ? Là encore, le spécialiste de la cuisine se fera un plaisir de laisser libre cours à son inspiration pour trouver le style qui vous séduira. « On conçoit une cuisine selon le mode de vie de la famille. J’apprends à la connaître pour trouver le projet qui lui convient, indique le cuisiniste passionné. Je veux que mes clients se sentent bien dans leur cuisine parce qu’on y passe en général beaucoup de temps. Je les conseille afin qu’elle soit à la fois agréable et pratique ». Son équipier prend ensuite le relai pour la pose, pour un résultat « irréprochable » à la clé.

Pour tous les budgets

Parce qu’avoir une belle cuisine ne doit pas être un luxe, les ateliers Stéphane Lamour s’adaptent à vos finances et vous garantissent la même qualité de création et de pose.
Exigeante sur la qualité, l’équipe travaille avec trois marques françaises de mobilier. « Leur durée de vie est bien supérieure aux meubles de nos voisins allemands qui changent leur cuisine en moyenne tous le 5 ans contre 10 ans pour les Français.  Son ambition est aussi de concevoir des cuisines qui traversent les années. J’essaie de rester dans l’intemporel pour que les clients ne s’en lassent pas car c’est la première chose que vous verrez tous les matins. Il faut que l’ensemble soit doux, calme et reposant. »

LES ATELIERS SL 2

Respect des délais

Cuisiniste depuis 17 ans, Stéphane Lamour est également un spécialiste de l’architecture d’intérieur. Son équipe allie professionnalisme et créativité pour refaire de A à Z vos pièces de vie, le tout dans le respect des délais. Avec un souci principal : la satisfaction du client.

A lire dans les Sables d’Olonne Magazine n°20

Parution Mai 2018

Frédéric Tron, Peinture et Décoration aux Sables d’Olonne en Vendée, conseille, décore et habille votre intérieur

Frédéric Tron parle avec passion de son métier de peintre décorateur, vous apporte ses compétences techniques et son savoir-faire depuis 30 ans dans la réalisation de vos travaux d’intérieur.
Créée il y a douze ans, la société sablaise intervient auprès des particuliers et des professionnels.

En quête de Singularité

A la Chaume, à quelques mètres de la Tour d’Arundel, Frédéric Tron vous aiguille sur les possibilités et les dernières tendances en matière de décoration afin de transformer votre bien.
Spécialiste dans la pose de revêtement de sols et murs, l’entreprise a fait de la rénovation sa marque de fabrique.
« Nous faisons des propositions aux clients en quête de singularité, d’originalité et de nouveauté. Nous répondons aux demandes des particuliers et des professionnels. »
L’équipe vous accueille dans son magasin et se déplace à votre domicile pour vous proposer différents revêtements muraux : Elitis, Cole&Son, Arlequin, Farrow&Ball,Arte, Miss Print… et revêtements de sols : Heuga, Expona, Forebo, Quickstep…

TRON 2

La qualité avant tout

« La décoration est l’association de goûts, de matières et de couleurs. On apprécie les beaux matériaux et on s’évertue à travailler de façon traditionnelle », poursuit Frédéric Tron.
L’entreprise travaille avec différentes marques de peinture comme Guittet, Farrow&Ball, Argile, Levis, Little Green… et mène à bien des projets adaptés au budget de chacun.

Suivez nos réalisations et l’actualité de la décoration sur la page Facebook Sarl Frédéric Tron.

Magasin : Quai des boucaniers • 85100 Les Sables d’Olonne • 02 51 32 91 83
www.frederic-tron.fr • contact@frederic-tron.fr

TRON 3

A lire dans les Sables d’Olonne Magazine n°20

Parution Mai 2018

Dans le sillage des « Légendes »…

Jean-Luc VAN DEN HEEDE, en compétiteur hors-pair, va inscrire son nom dans l’histoire de cette nouvelle course, comme le fit en son temps Sir Robin Knox Johnson, le vainqueur de l’édition de 1968-1969 (ci-contre avec Jean-Luc VAN DEN HEEDE lors du salon nautique 2016 de Paris). Seul sur les neuf inscrits au départ à franchir la ligne d’arrivée, le britannique avait passé 312 jours en mer avant de retrouver le terre ferme sous les acclamations de la foule.

VDH et SIR JOHN

Et pour honorer le souvenir d’une autre participant légendaire de cette course et associer à son exploit ceux de Jean-Luc VAN DEN HEEDE, une rencontre exceptionnelle a été imaginée et organisée par quelques proches de VDH à la fin de l’année 2017, en collaboration avec l’Association des Amis du Musée Maritime de La Rochelle : une navigation amicale et symbolique dans la baie des Sables d’Olonne, associant MATMUT et JOSHUA, le bateau mythique de Bernard Moitessier. Figure légendaire de la première édition de la GOLDEN GLOBE RACE, ce concurrent français atypique, donné gagnant par la plupart des observateurs, s’était détourné de l’arrivée pour poursuivre sa route vers les îles, sans se soucier de la victoire. Il en tirera un livre autobiographique de référence, « La longue route », qui inspira des générations de navigateurs et continue d’alimenter les rêves des skippers d’aujourd’hui.

 

VDH 2

Jean-Marc ARTHOT a pu immortaliser les meilleurs moments de cette rencontre avec ses appareils, réalisant des portraits uniques de VDH, en compagnie de Bernard RUBINSTEIN, l’illustre journaliste de Voile Magazine et ancien coéquipier d’Éric Tabarly, du vidéaste et marin émérite Michel Devilliers, et de quelques autres « happy few ». Car JOSHUA, propriété du Musée Maritime de La Rochelle et bateau classé monument historique, était venu spécialement de Charente Maritime avec l’accord de la Directrice du Musée et de la présidente de l’AAMMR, l’association de passionnés qui entretiennent et font naviguer avec respect et savoir-faire ce digne représentant du patrimoine maritime français.

VDH 3

L’esprit de la GOLDEN GLOBE RACE aura donc été respecté à la lettre dans cette nouvelle édition (à l’exception évidente de la modernisation des moyens de sauvetage) et nul doute que Jean-Luc emportera avec lui le souvenir de ces histoires, avec la conviction que chacun peut écrire la sienne en poursuivant jusqu’au bout ses rêves dorés, et revenir aux Sables d’Olonne…en GOLDEN HEROE.

Tirages d’art et cartes de collections, créés comme en 1968. À découvrir dans la boutique d’art NEW LES SABLES, tenue par Jean-Marc ARTHOT dans la GALERIE BLANCHE, 1 bis promenade de l’Amiral Lafargue sur le Remblai des Sables d’Olonne.

A lire sur le magazine de la Golden Globe Race en ligne