LES ATELIERS Stéphane Lamour, aux Sables d’Olonne en Vendée, un nouveau souffle pour votre intérieur !

Envie d’une nouvelle cuisine ? D’une salle de bain flambant neuve ?
Vous êtes à la bonne adresse.

L’équipe des ateliers Stéphane Lamour vous accompagne dans votre projet. Elle vous propose également la rénovation complète de votre intérieur, de la création à la réalisation.

Concrétiser vos souhaits

Vous vous prenez à rêver d’une cuisine récente, conviviale et fonctionnelle comme on en voit dans les magazines, imaginant déjà ici et là ses nouveaux équipements ?
Dans sa boutique du 83, boulevard Castelnau, Stéphane Lamour vous accueille dans la bonne humeur et vous prodigue ses conseils pour sublimer votre bien.
À votre écoute pour découvrir vos attentes, il concrétise vos envies en dessinant le projet selon vos goûts, des meubles aux couleurs des murs en passant par le sol.

ATELIERS SL

Imaginer l’intérieur qui vous ressemble

À l’inverse, vous êtes quelque peu dans le flou artistique quant au nouvel aménagement ? Vous aimeriez être aiguillé ? Là encore, le spécialiste de la cuisine se fera un plaisir de laisser libre cours à son inspiration pour trouver le style qui vous séduira. « On conçoit une cuisine selon le mode de vie de la famille. J’apprends à la connaître pour trouver le projet qui lui convient, indique le cuisiniste passionné. Je veux que mes clients se sentent bien dans leur cuisine parce qu’on y passe en général beaucoup de temps. Je les conseille afin qu’elle soit à la fois agréable et pratique ». Son équipier prend ensuite le relai pour la pose, pour un résultat « irréprochable » à la clé.

Pour tous les budgets

Parce qu’avoir une belle cuisine ne doit pas être un luxe, les ateliers Stéphane Lamour s’adaptent à vos finances et vous garantissent la même qualité de création et de pose.
Exigeante sur la qualité, l’équipe travaille avec trois marques françaises de mobilier. « Leur durée de vie est bien supérieure aux meubles de nos voisins allemands qui changent leur cuisine en moyenne tous le 5 ans contre 10 ans pour les Français.  Son ambition est aussi de concevoir des cuisines qui traversent les années. J’essaie de rester dans l’intemporel pour que les clients ne s’en lassent pas car c’est la première chose que vous verrez tous les matins. Il faut que l’ensemble soit doux, calme et reposant. »

LES ATELIERS SL 2

Respect des délais

Cuisiniste depuis 17 ans, Stéphane Lamour est également un spécialiste de l’architecture d’intérieur. Son équipe allie professionnalisme et créativité pour refaire de A à Z vos pièces de vie, le tout dans le respect des délais. Avec un souci principal : la satisfaction du client.

A lire dans les Sables d’Olonne Magazine n°20

Parution Mai 2018

Frédéric Tron, Peinture et Décoration aux Sables d’Olonne en Vendée, conseille, décore et habille votre intérieur

Frédéric Tron parle avec passion de son métier de peintre décorateur, vous apporte ses compétences techniques et son savoir-faire depuis 30 ans dans la réalisation de vos travaux d’intérieur.
Créée il y a douze ans, la société sablaise intervient auprès des particuliers et des professionnels.

En quête de Singularité

A la Chaume, à quelques mètres de la Tour d’Arundel, Frédéric Tron vous aiguille sur les possibilités et les dernières tendances en matière de décoration afin de transformer votre bien.
Spécialiste dans la pose de revêtement de sols et murs, l’entreprise a fait de la rénovation sa marque de fabrique.
« Nous faisons des propositions aux clients en quête de singularité, d’originalité et de nouveauté. Nous répondons aux demandes des particuliers et des professionnels. »
L’équipe vous accueille dans son magasin et se déplace à votre domicile pour vous proposer différents revêtements muraux : Elitis, Cole&Son, Arlequin, Farrow&Ball,Arte, Miss Print… et revêtements de sols : Heuga, Expona, Forebo, Quickstep…

TRON 2

La qualité avant tout

« La décoration est l’association de goûts, de matières et de couleurs. On apprécie les beaux matériaux et on s’évertue à travailler de façon traditionnelle », poursuit Frédéric Tron.
L’entreprise travaille avec différentes marques de peinture comme Guittet, Farrow&Ball, Argile, Levis, Little Green… et mène à bien des projets adaptés au budget de chacun.

Suivez nos réalisations et l’actualité de la décoration sur la page Facebook Sarl Frédéric Tron.

Magasin : Quai des boucaniers • 85100 Les Sables d’Olonne • 02 51 32 91 83
www.frederic-tron.fr • contact@frederic-tron.fr

TRON 3

A lire dans les Sables d’Olonne Magazine n°20

Parution Mai 2018

Dans le sillage des « Légendes »…

Jean-Luc VAN DEN HEEDE, en compétiteur hors-pair, va inscrire son nom dans l’histoire de cette nouvelle course, comme le fit en son temps Sir Robin Knox Johnson, le vainqueur de l’édition de 1968-1969 (ci-contre avec Jean-Luc VAN DEN HEEDE lors du salon nautique 2016 de Paris). Seul sur les neuf inscrits au départ à franchir la ligne d’arrivée, le britannique avait passé 312 jours en mer avant de retrouver le terre ferme sous les acclamations de la foule.

VDH et SIR JOHN

Et pour honorer le souvenir d’une autre participant légendaire de cette course et associer à son exploit ceux de Jean-Luc VAN DEN HEEDE, une rencontre exceptionnelle a été imaginée et organisée par quelques proches de VDH à la fin de l’année 2017, en collaboration avec l’Association des Amis du Musée Maritime de La Rochelle : une navigation amicale et symbolique dans la baie des Sables d’Olonne, associant MATMUT et JOSHUA, le bateau mythique de Bernard Moitessier. Figure légendaire de la première édition de la GOLDEN GLOBE RACE, ce concurrent français atypique, donné gagnant par la plupart des observateurs, s’était détourné de l’arrivée pour poursuivre sa route vers les îles, sans se soucier de la victoire. Il en tirera un livre autobiographique de référence, « La longue route », qui inspira des générations de navigateurs et continue d’alimenter les rêves des skippers d’aujourd’hui.

 

VDH 2

Jean-Marc ARTHOT a pu immortaliser les meilleurs moments de cette rencontre avec ses appareils, réalisant des portraits uniques de VDH, en compagnie de Bernard RUBINSTEIN, l’illustre journaliste de Voile Magazine et ancien coéquipier d’Éric Tabarly, du vidéaste et marin émérite Michel Devilliers, et de quelques autres « happy few ». Car JOSHUA, propriété du Musée Maritime de La Rochelle et bateau classé monument historique, était venu spécialement de Charente Maritime avec l’accord de la Directrice du Musée et de la présidente de l’AAMMR, l’association de passionnés qui entretiennent et font naviguer avec respect et savoir-faire ce digne représentant du patrimoine maritime français.

VDH 3

L’esprit de la GOLDEN GLOBE RACE aura donc été respecté à la lettre dans cette nouvelle édition (à l’exception évidente de la modernisation des moyens de sauvetage) et nul doute que Jean-Luc emportera avec lui le souvenir de ces histoires, avec la conviction que chacun peut écrire la sienne en poursuivant jusqu’au bout ses rêves dorés, et revenir aux Sables d’Olonne…en GOLDEN HEROE.

Tirages d’art et cartes de collections, créés comme en 1968. À découvrir dans la boutique d’art NEW LES SABLES, tenue par Jean-Marc ARTHOT dans la GALERIE BLANCHE, 1 bis promenade de l’Amiral Lafargue sur le Remblai des Sables d’Olonne.

A lire sur le magazine de la Golden Globe Race en ligne

Sablais Célèbres… Léon et Léo David & Florelle

Sortant du marché Arago où il venait d’effectuer ses courses du jour, un estivant «tangenta» le boulevard Castelnau, avant de pénétrer dans la rue Léon et Léo David où il avait jeté l’ancre pour la durée de ses vacances sablaises.

Sur son banc habituel, le père Auguste Mathé, marin-pêcheur en retraite, tirait sur son antique bouffarde, observant comme chaque matin l’animation du quartier. Il faisait partie du décor et chacun le saluait au passage.
– Monsieur Mathé, demanda l’estivant, savez-vous à qui correspondent les deux prénoms de la rue David ?
– Léon, c’était le père et Léo…
– Le fils !
– Bonne déduction, mon gars ! Léon était le meilleur ténor de sa génération. En mars 1938, deux ans après avoir reçu la Légion d’Honneur, il fut nommé président du festival de Montréal et le gouvernement français lui décerna, en la circonstance, le titre de chargé de mission pour étudier l’organisation de l’enseignement du chant au Canada. Le point d’orgue d’une carrière qui l’a rendu célèbre dans le monde entier.
– Et Léo ?
– Ah, Léo ! Comme son père, il est né aux Sables et beaucoup de gens, dans cette ville, le considèrent comme l’homme du XXe siècle, tant il a accompli de choses positives ici, après une carrière lyrique écourtée par la maladie. Jugez-en : Pendant 10 ans président de l’aéro-club, il organisa les fameux meetings des années 50. Plusieurs centaines de milliers, de personnes sur la plage. Vous vous rendez compte !

Il fit partie des créateurs du rugby club sablais, du Rotary club et fut le père du fameux groupe folklorique Le Nouch qu’il emmena à la médaille de bronze aux Championnats du monde en Afrique du Sud, en 1985. Directeur du Grand Casino de 1951 à 1967, il œuvra aussi en qualité de président du Comité des Fêtes, de vice-président du Syndicat d’Initiative, administrateur de l’Office de Tourisme et donna son essor à la Fédération Anjou-Poitou-Saintonge du folklore, dont il était aussi président. Et j’en passe ! Aujourd’hui, sa fille cadette, Christine, a pris la relève artistique. Chanteuse guitariste, elle vient de sortir son quatrième album « Christine David chante Barbara ».

Et Florelle…

– Quelle belle famille sablaise(*) !
– Vous pouvez le dire. Je pourrais aussi vous parler d’une artiste sablaise qui a laissé son empreinte dans le cinéma français : Florelle ! De son vrai nom Odette Rousseau, elle est née à La Chaume en 1898. Après la guerre, elle a tourné trois films avec Maurice Chevalier, puis, doublure de Mistinguett au Moulin Rouge, elle y devient meneuse de revue. Dans les années trente, son activité cinématographique est intense. Elle tourne avec les plus grands : Jean Renoir, Fritz Lang et bien d’autres. La seconde guerre mondiale porte un coup dur à sa carrière. Elle termine sa vie aux Sables d’Olonne où elle tient un café (« Chez Florelle » bien sûr), près du Casino des Sports.
– N’était-ce pas elle qui était Gervaise dans le célèbre film de René Clément ?
– Oui, Monsieur ! Quelle belle femme c’était ! Talentueuse, gouailleuse et spontanée, il était impossible de ne pas subir son charme.
 FLORELLE

Auguste Mathé tirait sur sa pipe, à grandes goulées, pour cacher son émotion. Il conclut, sans le moindre chauvinisme :
– Léon et Léo David… Florelle… C’est un bien beau tiercé pour la ville des Sables d’Olonne !

 Jacques Bernard

 



(*) Léon David avait deux fils. Léo et José. José a fait également carrière dans la musique, en qualité de compositeur. Chaque été, un festival en la chapelle Bourgenay, au cœur de la ville, perpétue sa mémoire et
ses œuvres.

A lire dans les Sables d’Olonne Magazine n°20

Parution Mai 2018

Parcours gourmand sur les routes de Vendée…

Aux Sables d’Olonne – à La Chaume, Le Fatra

L’Esprit Chaumois dans toute son authenticité et sa franchise : C’est le Fatra, symbole gourmand du berceau de la cité !

Véritable porte-drapeau de la douceur de vivre en Vendée, « Le Fatra » semble définitivement inscrit au patrimoine chaumois ! Dans ce décor atypique, l’esprit s’évade en rêveries maritimes, larguez les amares sans hésiter. Venez au Fatra pour plonger dans cette « bistronimique ambiance » et goûter les plats aux saveurs iodées qui ont fait la réputation de Patrice Guillou : seiche à la plancha, le fameux thon aux épices et aussi les incontournables ris de veau.

Accompagnez votre dégustation avec les vins de propriétaires sélectionnés par Marie-Pierre qui parcourt chaque année l’hexagone à la rencontre des vignerons et de leur terroir.

Découvrez dans le Guide Vendée Gourmande la recette de la tarte citron sur financier au thé Matcha.

A lire dans Vendée Gourmande, parution juin 2018 et en vente 5,20 € dans les maison de presse.

Trois marins Sablais visent le Vendée Globe 2020

Arnaud Boissières « La Mie Câline-Artipôle »

L’expérience

Après trois éditions consécutives du Vendée Globe terminées aux 7e, 8e et 10e places, Arnaud Boissières le Bordelais devenu Sablais repart pour une quatrième tournée. A 46 ans, Arnaud revoit ses ambitions à la hausse, avec deux partenaires principaux, La Mie Câline, son sponsor sur le dernier Vendée, et Artipôle un constructeur de maisons en bois, nouveau venu à bord du projet. Un double partenariat qui permet au marin de préparer cette fois un bateau à foils, ces fameux appendices porteurs qui apportent de la vitesse. Sans les moyens de construire un Imoca neuf, Arnaud Boissières a acheté l’ancien voilier du britannique Mike Golding (Ecover puis Gamesa), qui fut skippé ensuite par l’Irlandais Enda O’Coineen lors du dernier Vendée Globe. « Nous avons pu acquérir un bateau ancien, lancé en 2007 pour le Vendée 2008, mais très intéressant. Il a une coque légère, bien adaptée à la pose de foils ». Le 60 pieds est désormais peint aux couleurs de la Mie Câline après quatre mois de chantier à Port-la-Forêt en Bretagne, où le monocoque revenu très abîmé de Nouvelle-Zélande, a été revu de fond en comble. Le bateau y a subi de nombreuses transformations et été équipé de foils donc, avant de retrouver son chantier sablais près de Port-Olona, pour les dernières finitions et la décoration. « On part sur un projet différent des autres. Trois fois moins cher qu’un bateau neuf, ce sera le meilleur bateau que j’ai pu avoir sur un tour du monde, moderne et performant.»
Au tableau de marche de sa nouvelle monture, Arnaud a d’ores et déjà inscrit deux grands événements avant le prochain Vendée Globe, la Route du Rhum 2018, puis le tour du monde en double Barcelona World Race en 2019.

SEBASTIEN SIMON

Sébastien Simon « Arkea –Paprec »

L’ambition

Originaire des Sables-d’Olonne, Sébastien Simon 28 ans annonçait en ce début d’année sa participation au Vendée Globe 2020. Le jeune homme a mis en construction un monocoque Imoca neuf qui portera les couleurs des entreprises Arkéa et Paprec et dont la mise à l’eau est prévue au printemps 2019.
Le Sablais qui a débuté la compétition sur Optimist à l’âge de 12 ans, puis a participé aux championnats d’Europe de 420, en rêvant devant les exploits d’Armel Le Cléac’h, est un pur produit de la filière classique de la navigation en solitaire. Durant ses études d’ingénieur à l’ENSCBP de Bordeaux, Sébastien qui s’est inscrit au Challenge Crédit Mutuel de Bretagne, remporte alors la timbale en 2013 et gagne deux années de formation et de compétition en Figaro. « Je craignais de devoir interrompre mes études. J’ai cumulé ma dernière année d’école d’ingénieur et ma première année de course au large avec le Pôle Finistère. J’ai rendu mon mémoire avant la Solitaire du Figaro et l’ai soutenu après. C’était sport!». Après cinq années de Figaro, classé 4e à l’issue de la dernière Solitaire et 3e du championnat de France de course au large en 2017, Sébastien Simon passe donc à l’étape supérieure. « Me fixer des objectifs hauts est mon mode de fonctionnement pour progresser. Le Vendée Globe a été un moteur dans mon cursus ».
Aujourd’hui installé à Concarneau, le jeune marin a choisi de s’adjoindre l’expérience et l’expertise reconnue de Vincent Riou, le skipper PRB vainqueur du Vendée Globe 2004-2005. Vincent qui accompagne la gestion technique et sportive de Sébastien, trouve avec ce projet de quoi transmettre tout son savoir-faire quant à la conception d’un nouveau bateau : « Sébastien a clairement un avenir dans notre métier, c’est un gars courageux, organisé, sérieux et travailleur, avec des compétences à la fois sportives et techniques. »

MANUEL COUSIN

Manuel Cousin « Groupe Sétin »

La logique

Après avoir mené de front sa vie de cadre commercial en Normandie et celle de skipper basé aux Sables d’Olonne, Manuel Cousin entame à 50 ans un nouveau parcours exclusivement consacré à la course au large. Avec sa femme (et Chef de projet) Sandrine, Manuel s’est installé depuis peu en Vendée, déterminé à prendre le départ du Vendée Globe 2020 ! « La mer, les bateaux, les régates ont toujours rythmé ma vie. Comme grand nombre de marins, je me sens bien en mer et j’aime partager ce que nous vivons au large. Compétiteur dans l’âme, je ne lâche jamais rien ».
Eric Sétin, PDG du groupe familial éponyme et spécialisé dans la quincaillerie industrielle, engage son entreprise aux côtés du skipper depuis 2014, alors que celui-ci courait en Class40. Après trois années de performances et de belle entente, l’entreprise a décidé d’accompagner le navigateur jusqu’à la prochaine édition du Vendée Globe, 2020-2021. Un partenariat qui a permis à Manuel Cousin d’acquérir le précédent 60 pieds d’Arnaud Boissières (ex Mie Câline) construit en 2007 et de procéder à des travaux d’optimisation, dans son local situé au village d’entreprises nautiques des Sables. Ces deux navigateurs sont d’ailleurs voisins de chantier, ainsi Manuel Cousin peut à mettre à profit les conseils de son ami pour la nouvelle vie du monocoque qui porte désormais le numéro 71 (Sept Un !). L’Association Coup de Pouce, qui œuvre pour l’égalité des chances à l’école et permet aux enfants d’accéder à un parcours de réussite scolaire, est également associée au programme sportif et événementiel du bateau Groupe Sétin.
Le premier chapitre d’une belle histoire de partage s’ouvre pour Manu, avec en ligne de mire la prochaine Route du Rhum en novembre.

A lire dans les Sables d’Olonne Magazine n°20

Parution Mai 2018

Chaumois – Sablais

« Je t’aime, moi non plus »

Les tumultueux rapports entre Chaumois et Sablais, ont engendré de légendaires escarmouches.
Roland Mornet, auteur, historien, et authentique Chaumois, évoque pour nous, la genèse de ces relations aussi fluctueuses que les marées. Amour, passion et… quolibets s’échangent ainsi de chaque côté du chenal depuis plus de 800 ans.

Une animosité entre Chaumois et Sablais ?
Rien de plus normal, de plus naturel, il en était ainsi dans de nombreuses villes du littoral proches l’une de l’autre. L’explication étant que ces agglomérations – parfois simples villages – se situaient de part et d’autre d’un chenal, d’un fleuve ou rivière. Il n’en fallait pas plus pour susciter un antagonisme d’autant que souvent d’un côté, c’était le biotope des bourgeois (les nantis ou supposés l’être), de l’autre celui du peuple, ou, si vous voulez, en d’autres termes, celui du patriciat, à l’opposé la plèbe. Il y avait aussi à cette rivalité, m’apparaît-il, de féminines raisons…
A noter que le mot rivalité (et ses « dérivés », rival, rivaux) vient de rive et des relations conflictuelles existantes entre deux communautés séparées comme il a été exposé.
En exemple de ces villes côtières opposées, animosité parfois toujours existante mais souvent atténuée ou devenue un élément de simple folklore, il peut être cité :
– Boulogne sur Mer et le Portel
– Douarnenez et Tréboul
– et plus près de nous, Saint-Gilles et Croix de Vie

La Chaume et Les Sables : Cette rivalité était exacerbée par le fait qu’une de ces cités riveraines était d’origine plus ancienne, ainsi, la Chaume avait une certaine antériorité d’existence, d’où l’appellation de « Berceau de la Cité ».

Le bourg, d’abord nommé (pour une certaine raison) La Chambre, était érigé sur un roc alors que le site de ce qui est maintenant Les Sables était constitué d’une dune littorale instable, en formation, en avant d’une zone marécageuse piquetée d’ilots de vase…

Quant à l’animosité constatée, il y eut, pour une époque ancienne, en 1570, le 15 mars, en pleine Guerre de Religions, le sac de la ville des Sables par les Chaumois avec d’innommables exactions. La cause avouée à ces débordements ?
Nous avions embrassé la religion réformée, La Chaume devenant « un bourg farci de religionnaires » et nos voisins de l’autre côté du chenal étaient restés catholiques… Les marins ayant été contaminés par les idées nouvelles lors des escales à la Rochelle.
Cela est fort curieux car les Sablais fréquentaient aussi les ports « contaminés ». Les Chaumois étaient devenus protestants, plus pour protester, je crois, c’est à dire par contradiction avec leurs vis-à-vis que par conviction religieuse.
A ma connaissance, il n’y pas à La Chaume de vieilles familles protestantes alors qu’au port de l’Aunis, les Rochelais de souche sont toujours protestants. D’ailleurs, d’un côté comme de l’autre, nous abandonnerons ce casus belli. Il y en avait d’autres.

CHAUMOIS SABLAIS 2

Nous étions des communes séparées jusqu’en août 1754 où nous fûmes, nous les Chaumois, intégrés à la ville des Sables et cela, assez curieusement, à notre demande !
De plus, c’est avec une grande insistance que nos devanciers avaient sollicité cette fusion et cela pour une raison bien prosaïque : pour payer moins d’impôts – il faut reconnaître que c’était une très bonne raison ! (ils voulaient être soumis au Tarif et non à la Taille)…Cela n’eut pas l’heur de plaire aux Sablais, mais alors pas du tout.
Le conseil de la commune avait repoussé vivement les desiderata des demandeurs, ajoutant toutefois :
« … au cas où cette réunion leur serait imposée, lesdits Chaumois devraient payer les frais en résultant » (les lettres patentes).
Ce fut donc une fusion sans effusions de la part de la gent sablaise. Plus tard, à la date du 5 mai 1765, lesdits Chaumois n’avaient toujours pas payé les frais des lettres patentes et autres qui s’étaient élevés à la somme de 1 300 francs… Et je crois bien que cette somme n’a jamais été réglée…
Nous avons là, me semble-t-il, un excellent argument pour, en quelque sorte, divorcer : mettre fin à ce mariage, qui ne fut pas d’amour mais de raison et donc retrouver notre indépendance !…
La Chaume Commune Libre !
(nous avons simplement anticipé).
Et quand La Chaume s’éveillera…

Lire la suite de cet article dans LES SABLES D’OLONNE MAGAZINE 2018 – parution Mai 2018

New York-Vendée Les Sables d’Olonne : 17 partants au départ

Pas moins de 17 solitaires, représentant 7 nationalités différentes, sont inscrits à la nouvelle transat New York – Vendée (Les Sables d’Olonne).

Les skippers profiteront  de  cette  4e manche  du  Championnat  du Monde IMOCA  Ocean  Masters  pour valider  les  dernières  optimisations  de  leurs  Formules  1  des  mers,  mais  aussi  pour s’observer les uns les autres.
Ce tracé au départ de New York va permettre aux coureurs de répéter leurs gammes. Le jeu consistera en effet à entrer dans le flux portant des dépressions qui traversent l’Atlantique, au bon moment, au bon endroit, pour glisser avec elles vers l’est. Or, l’hiver prochain, entre le Cap de Bonne Espérance et le Cap Horn, soit sur près des 2/3 du tour du monde, l’exercice sera exactement le même.

Ainsi, globalement, les potentiels des machines (et des marins) seront ceux que l’on retrouvera le 6 novembre, aux Sables d’Olonne. Les têtes de série vont donc prendre le temps, durant ces 8 à 9 jours de transat, d’ausculter la concurrence de près.

De la Statue de la Liberté au chenal de la Chaume : du mythe au rêve

Enfin, ce tracé ouest-est est une fête en soi. Être amarré au pied de la Statue de la Liberté, ça ne s’oublie pas. « C’est exceptionnel, unique ! » Tous ceux qui ont eu la chance de l’avoir vécu en gardent des souvenirs émus.

Programme de la New York-Vendée (Les Sables d’Olonne)
  • 17 mai : Arrivée28 à Newport
  • 21-22 mai : Prologue Newport-New York
  • 27 mai : Course pro-am à New York
  • 29 mai : Départ de la course
  • 5/6 juin : Premières arrivées possibles aux Sables d’Olonne
  • 11 juin : Course pro-am aux Sables d’Olonne / Soirée de clôture et proclamation des résultats

« Les Sables d’Olonne Magazine » : prépare sa sortie !

Véritable révélateur de la vie des Sables d’Olonne, le nouveau numéro des « Sables d’Olonne Magazine » est annoncé pour le joli mois de mai.
Comme toujours, il vous réserve bien des surprises …

L’an passé, sa couverture jaune et bleu n’était pas passé inaperçue. Cette année encore, elle sera unique ! Rempli de surprises et de nouveautés, « Les Sables d’Olonne Magazine » saura, une fois de plus, vous surprendre. Chut… n’en disons pas plus et rendez-vous en mai prochain.

L’équipe des Editions Offset5

Journées des métiers d’art – Les Sables d’Olonne

L’Atelier-Boutique Espeleta expose ses dernières créations uniques de bijoux fantaisies épicés et de pièces de décoration raku démesurées en expliquant les différentes étapes de création. Exceptionnellement l’Atelier prend place en vitrine sous forme de « Bar à bijoux » afin de réaliser directement les commandes personnalisées à la demande et sous l’œil curieux des passants. Des professionnels partagent leur savoir faire autour d’ateliers, démonstrations et vernissage.

Vendredi:
– Bar à bijoux toute la matinée.
– Atelier Arts Plastiques à 14h30, de 7 à 10 ans (sur inscription, limité à 6 enfants, gratuit)
– Vernissage de l’exposition d’Antoine Tiberghien à 18h30.

Samedi:
– Bar à bijoux (réalisation de commandes personnalisées en vitrine, démonstration gratuite, tarifs des pièces réalisées selon la commande).

Dimanche:
– Bar à bijoux toute la matinée.
– Atelier confection pastels secs avec l’artiste Yasmine de 14h30 à 16h30 (tarif libre de manière à participer au matériel fourni, sur réservation, limité à 6 personnes, adultes et ados à partir de 14 ans, chacun repartira avec ses propres pastels).
– Démonstration pastel avec la pastelliste Nathalie Azmi de 17h à 19h (sans réservation, dans la limite de capacité d’accueil, gratuit).

Du 1er avril au 3 avril 2016 de 10:00 à 19h00
Adresse :
ESPELETA création
29 rue des Halles
85100 LES SABLES D’OLONNE
Tél : 02 53 81 92 40
http://espeleta.fr

Élection de la Reine des Sables 2016

C’est le dimanche 27 mars à partir de 20h30 aux Atlantes que se tiendra le traditionnel Gala des Reines, organisé par l’association Sables Tradition ».

Au programme :

  • danse avec l’orchestre Nostalgic Danse, au rythme des valses, pasos, tangos et variétés ;
  • prestations des danseurs de Sables Traditions;
  • élection de la Reine des Sables et de ses ambassadrices.

Les candidates porteront fièrement le costume local et la coiffe sablaise. Le public sera appelé à voter en direct pour l’une des trois candidates pré-sélectionnées par un Jury parmi les postulantes.

Le vote en ligne est également reconduit et les personnes qui le désirent pourront choisir la candidate de leur choix en votant à partir du 20 février et jusqu’au 19 mars, sur le site internet www.sablestraditions.com.
Ce premier suffrage constituera un pourcentage qui s’ajoutera au vote des spectateurs lors du Gala.

  • Réservations :
    – Hall de la Mairie des Sables d’Olonne – les 24 et 25 mars, de 14 h à 17h.
    – Office de Tourisme des Sables d’Olonne – le 27 mars, de 15 h à 17h.
  • Tarif : catégorie 1 : 15 €, catégorie 2 : 10 €.
  • Renseignements : 06 09 74 58 91

Animation bar à chignon aux Sables d’Olonne !

Le salon Feeling Good aux Sables d’Olonne vous propose une animation bar à chignon le mercredi 17 février 2016 au bar L’Authentique des Sables d’Olonne à partir de 20h.

Vous serez coiffé gratuitement en un tour de main par un chignon minute, une attache simple et nature ou bien plus travaillé pour un chignon chic ou de grand soir …

N’hésitez plus !

Feeling Good :
157 Avenue d’Aquitaine
85100 Les Sables d’Olonne
Tél : 02 51 32 37 10

Bar l’Authentique pour l’évènement :
9 cours Dupont – 85100 Les Sables d’Olonne

vendee mag feeling good - chignon destructuré - salon de coiffure les sables d'Olonne2.png