TALENTS CHAUMOIS, Vendée. Et voici Carole !

 

CAROLE

Carole

Peindre est le moyen que j’ai choisi pour mettre de la poésie dans tout ce qui m’entoure. Avant la beauté, c’est une touche de pureté que je recherche. J’utilise très souvent la couleur blanche pour apporter cette touche fraîche. Revenir aux inspirations de l’enfance, un univers merveilleux et doux, poétique.
Lorsque je peins, j écoute énormément de musique, surtout des musiques de film,
Michel Legrand, Ennio Morricone, qui m’offrent tous les possibles.
Je suis fascinée par l’Art déco et l’art Nouveau, Klimt, Tamara de Lempicka ; d’elle j’aime la langueur et la sensualité des sujets, la rondeur des lignes ; de lui j’aime les dorures et les décors façon céramique.
Mes sujets sont principalement la féminité, les voiles sur la mer, les scènes de vie sablaise mais également l’exotisme, le paradis originel.
C’est un mélange de tout cela et ces inspirations me semblent inépuisables !

TABLEAU CAROLE

A lire dans LES SABLES D’OLONNE Magazine n°21, Parution Mai 2019

TALENTS CHAUMOIS, Vendée. Découvrez Mireille…

MIREILLE

Mireille

Tout d’abord le dessin…
Depuis toute petite jusqu’à la création de mon atelier en 1995 où l’univers de la décoration m’amène naturellement vers celui de la peinture.
Du figuratif à l’abstrait tout m’inspire : la mer, les fleurs, les visages, la matière, les couleurs la rouille…
Cocteau disait « La beauté au quotidien rend la vie meilleure » , j’en suis sûre. Tout comme la musique si importante dans la créativité, je peins souvent en écoutant du jazz, pour moi la musique du bonheur…Nougaro, Jonasz, Cabrel, Lavillier et tant d’autres m’accompagnent selon mon état d’esprit.
Mon atelier est aussi un lieu ouvert aux amis, aux rencontres, aux moments festifs qui font bien sûr partie de cette vie d’artiste ou le partage est si important.

TABLEAU MIREILLE

A lire dans LES SABLES D’OLONNE Magazine n°21, Parution Mai 2019

Restaurant LE PORT, embarquement gourmand ! La chaume, Vendée

LE PORT

Poissons à la plancha, accras de morue, fish and chips, produits créoles et asiatiques… la cuisine de la mer de Jules Servant et sa femme Mathilde, au restaurant Le Port, sur le quai George V, s’illustre à la fois par sa simplicité et son exotisme.
Ces deux passionnés ont fait leurs armes un peu partout autour du monde, aux Antilles, sur la côte Catalane, aux Etats-Unis ou encore en Australie. Mais c’est bien aux Sables-d’Olonne, qu’ils ont choisi de monter leur premier établissement, en 2015. « Mathilde est originaire d’ici, indique Jules. Et j’ai tout de suite eu un coup de coeur en découvrant La Chaume. »

Le cadre industriel de ce restaurant est épuré mais le plafond végétal donne à l’ensemble une ambiance cosy. Une équipe de six personnes y sert une cuisine variée qu’elle adapte en fonction des pêches et des saisons. Toujours élaborée sur place avec des produits frais et locaux. « Une cuisine sans prétention, mais faite avec de bons produits et surtout de la passion. »

LE PORT 2

Le Port – 24 quai George V – 85100 Les Sables d’Olonne – Tél. : 02 51 32 07 52

A lire dans LES SABLES D’OLONNE Magazine n°21, Parution Mai 2019

Gelateria Antoine, un glacier en toute simplicité

ANTOINE GELATERIA

Ah ces Italiens. « Ils ont l’art et la manière d’aborder les choses dans la simplicité. Les meilleures pizzas se font avec très peu d’ingrédients mais de qualité. Pour la glace, c’est pareil. Les choses les plus simples sont les meilleures. Et ce sont bien ces valeurs-là qu’on défend sur le quai de La Chaume. »
Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Antoine Juquier ne renie pas ses origines. C’est en Italie, d’ailleurs, qu’il est allé parfaire son savoir-faire. Glaces, sorbets, bâtonnets, semifreddo…
A la Gelateria, tout est fait sur place, avec simplicité et dans le respect des traditions. Les glaces sont parfumées par infusion et vous ne trouverez pas de glace fluo dans ses rayons.
Pour des faims plus consistantes, Antoine propose d’appétissants sandwiches, siciliano, firenze et à la focaccia ainsi que de délicieux gâteaux glacés faits maison.

VITRINE ANTOINE GELATERIA

Antoine Gelateria – 14 quai George V – 85100 Les Sables d’Olonne – Tél. : 02 51 23 42 90

A demain pour la suite de nos portraits…

A lire dans LES SABLES D’OLONNE Magazine n°21, Parution Mai 2019

La Cantine d’Arthur, la cuisine locale aux saveurs du monde

STEEVE MALDINEZ

Les Sablais connaissent tous La Cabane d’Arthur, cette petite guinguette d’été rouge et noir qui fait, chaque soir, le bonheur des amateurs de coucher de soleil sur la plage de Tanchet. Ils pourront désormais profiter tout au long de l’année de la Cantine d’Arthur sur le quai George V.
Le concept : une cuisine gourmande, simple et parfumée, des mets locaux aux saveurs du monde, comme le fameux wok de seiche.
Les woks, massamans, burgers, bowls, ceviches, pad thaï et masi goreng sont préparés sur place.
Fort de ses multiples expériences en France et en Angleterre, Steeve Maldinez, autodidacte passionné anime chaque jour cette cantine avec sourire et humour. Le décor est simple, épuré et végétalisé. Voici un lieu atypique où il fait « bon vivre et bon manger ».

SALLE ARTHUR

La Cantine d’Arthur – 18 quai George V – 85100 Les Sables d’Olonne – Tél. : 02 51 04 36 21

A lire dans LES SABLES D’OLONNE Magazine n°21, Parution Mai 2019

« La nouvelle vague » sur le quai de la chaume, Vendée.

3 nouveaux sur le quai

Depuis le rattachement de La Chaume aux Sables-d’Olonne en 1754, bien de l’eau a coulé dans le chenal, emportant avec elle une grande partie des rivalités qui opposaient les deux anciennes communes. Rivalisant avec le cachet du remblai et l’attrait des boutiques du centre-ville, le « berceau de la cité » a toujours su défendre son caractère vivant et populaire. Voici qu’une énergie nouvelle souffle sur La Chaume avec l’arrivée de jeunes entrepreneurs de talent.

Première vitrine de son identité, le Quai George V, en bordure de chenal, prend des couleurs. Celui qu’on appelle plus communément le quai de La Chaume, est à l’image de ses habitants : des gens au caractère enjoué avec une certaine inclinaison pour la fête, la danse et les plaisirs de bouches. Pour preuve, les trois nouvelles enseignes qui y ont ouvert leur porte côte à côte l’an dernier.

LES QUAIS

Karine et David, Steeve, et Antoine se sont installés là sans se connaître ni se concerter. On ne pouvait pourtant pas rêver de réunion plus complémentaire.
Le premier est caviste, et propose des dégustations sur place assorties de charcuterie et autres petites entrées maisons.
Le deuxième est restaurateur, et revisite principalement la cuisine du monde à la sauce vendéenne, quand ce n’est pas l’inverse.
Enfin le dernier est artisan glacier, Italien du fond de l’âme jusqu’au fond de sa cuisine.
Apéritif, plat, dessert… un triptyque de rêve pour une soirée réussie sur le quai de La Chaume.

LA GOULFINE

Dans leur querelle ancestrale avec Les Chaumois, Les Sablais avaient peut-être raison d’être jaloux car, à midi, c’est bien sur le quai de La Chaume que le soleil donne le mieux. Et qu’y a-t-il de meilleur pour déguster une bonne douzaine d’huîtres que le faire en terrasse au soleil devant une bonne bouteille de vin blanc ?
Karine et David Perocheau ne s’y sont pas trompés. Enfant du pays, Karine tenait une boulangerie dans le centre de La Chaume. Lui, était gestionnaire de patrimoine. Rien à voir avec une cave, mais leur passion commune pour le vin et l’envie de faire quelque chose ensemble les ont poussés à la reconversion.
Avec des vins de qualité, des produits d’épicerie bio et locaux, et une ambiance qui pousse à la détente, Karine et David ont su trouver leur emplacement et leur créneau. Leurs assiettes de fromages et de charcuterie qui accompagnent leurs dégustations sont à ravir, et l’ambiance est à la hauteur des produits, à la fois chic et simple. Parole de Chaumois : « ici on mange, on boit, et on vit comme chez nous. »

LA GOULFINE2

La Goul’fine – 17 quai George V – 85100 Les Sables d’Olonne – Tél. : 02 51 23 95 44

A demain pour la suite de nos portraits…

Suite A lire dans LES SABLES D’OLONNE Magazine n°21, Parution Mai 2019

Restaurant Le Fatra, les Sables d’Olonne en Vendée

PATRICE ET MP GUILLOU

Véritable porte-drapeau de la douceur de vivre en Vendée, « Le Fatra » semble définitivement inscrit au patrimoine chaumois !
Dans ce décor atypique, l’esprit s’évade en rêveries maritimes, larguez les amares sans hésiter. Venez au Fatra pour plonger dans cette « bistronimique ambiance » et goûter les plats aux saveurs iodées qui ont fait la réputation de Patrice Guillou : seiche à la plancha, le fameux thon aux épices et aussi les incontournables ris de veau. Accompagnez votre dégustation avec les vins de propriétaires sélectionnés par Marie-Pierre qui parcourt chaque année l’hexagone à la rencontre des vignerons et de leur terroir.

SALLE FATRA

Le Fatra vous propose la recette de « Cabillaud Skrein rôti en viennoise de céréales à l’encre, coulis de fanes de blettes ».

CABILLAUD SKREIN ROTI

 

Découvrez dans le Guide Vendée Gourmande n°2 la recette complète proposée par le restaurant.

A lire dans Vendée Gourmande n°2, parution juin 2019 et en vente 5,20 € dans les maisons de presse.

Sablais Célèbres… Léon et Léo David & Florelle

Sortant du marché Arago où il venait d’effectuer ses courses du jour, un estivant «tangenta» le boulevard Castelnau, avant de pénétrer dans la rue Léon et Léo David où il avait jeté l’ancre pour la durée de ses vacances sablaises.

Sur son banc habituel, le père Auguste Mathé, marin-pêcheur en retraite, tirait sur son antique bouffarde, observant comme chaque matin l’animation du quartier. Il faisait partie du décor et chacun le saluait au passage.
– Monsieur Mathé, demanda l’estivant, savez-vous à qui correspondent les deux prénoms de la rue David ?
– Léon, c’était le père et Léo…
– Le fils !
– Bonne déduction, mon gars ! Léon était le meilleur ténor de sa génération. En mars 1938, deux ans après avoir reçu la Légion d’Honneur, il fut nommé président du festival de Montréal et le gouvernement français lui décerna, en la circonstance, le titre de chargé de mission pour étudier l’organisation de l’enseignement du chant au Canada. Le point d’orgue d’une carrière qui l’a rendu célèbre dans le monde entier.
– Et Léo ?
– Ah, Léo ! Comme son père, il est né aux Sables et beaucoup de gens, dans cette ville, le considèrent comme l’homme du XXe siècle, tant il a accompli de choses positives ici, après une carrière lyrique écourtée par la maladie. Jugez-en : Pendant 10 ans président de l’aéro-club, il organisa les fameux meetings des années 50. Plusieurs centaines de milliers, de personnes sur la plage. Vous vous rendez compte !

Il fit partie des créateurs du rugby club sablais, du Rotary club et fut le père du fameux groupe folklorique Le Nouch qu’il emmena à la médaille de bronze aux Championnats du monde en Afrique du Sud, en 1985. Directeur du Grand Casino de 1951 à 1967, il œuvra aussi en qualité de président du Comité des Fêtes, de vice-président du Syndicat d’Initiative, administrateur de l’Office de Tourisme et donna son essor à la Fédération Anjou-Poitou-Saintonge du folklore, dont il était aussi président. Et j’en passe ! Aujourd’hui, sa fille cadette, Christine, a pris la relève artistique. Chanteuse guitariste, elle vient de sortir son quatrième album « Christine David chante Barbara ».

Et Florelle…

– Quelle belle famille sablaise(*) !
– Vous pouvez le dire. Je pourrais aussi vous parler d’une artiste sablaise qui a laissé son empreinte dans le cinéma français : Florelle ! De son vrai nom Odette Rousseau, elle est née à La Chaume en 1898. Après la guerre, elle a tourné trois films avec Maurice Chevalier, puis, doublure de Mistinguett au Moulin Rouge, elle y devient meneuse de revue. Dans les années trente, son activité cinématographique est intense. Elle tourne avec les plus grands : Jean Renoir, Fritz Lang et bien d’autres. La seconde guerre mondiale porte un coup dur à sa carrière. Elle termine sa vie aux Sables d’Olonne où elle tient un café (« Chez Florelle » bien sûr), près du Casino des Sports.
– N’était-ce pas elle qui était Gervaise dans le célèbre film de René Clément ?
– Oui, Monsieur ! Quelle belle femme c’était ! Talentueuse, gouailleuse et spontanée, il était impossible de ne pas subir son charme.
 FLORELLE

Auguste Mathé tirait sur sa pipe, à grandes goulées, pour cacher son émotion. Il conclut, sans le moindre chauvinisme :
– Léon et Léo David… Florelle… C’est un bien beau tiercé pour la ville des Sables d’Olonne !

 Jacques Bernard

 



(*) Léon David avait deux fils. Léo et José. José a fait également carrière dans la musique, en qualité de compositeur. Chaque été, un festival en la chapelle Bourgenay, au cœur de la ville, perpétue sa mémoire et
ses œuvres.

A lire dans les Sables d’Olonne Magazine n°20

Parution Mai 2018

Parcours gourmand sur les routes de Vendée…

Aux Sables d’Olonne – à La Chaume, Le Fatra

L’Esprit Chaumois dans toute son authenticité et sa franchise : C’est le Fatra, symbole gourmand du berceau de la cité !

Véritable porte-drapeau de la douceur de vivre en Vendée, « Le Fatra » semble définitivement inscrit au patrimoine chaumois ! Dans ce décor atypique, l’esprit s’évade en rêveries maritimes, larguez les amares sans hésiter. Venez au Fatra pour plonger dans cette « bistronimique ambiance » et goûter les plats aux saveurs iodées qui ont fait la réputation de Patrice Guillou : seiche à la plancha, le fameux thon aux épices et aussi les incontournables ris de veau.

Accompagnez votre dégustation avec les vins de propriétaires sélectionnés par Marie-Pierre qui parcourt chaque année l’hexagone à la rencontre des vignerons et de leur terroir.

Découvrez dans le Guide Vendée Gourmande la recette de la tarte citron sur financier au thé Matcha.

A lire dans Vendée Gourmande, parution juin 2018 et en vente 5,20 € dans les maison de presse.