Cosmétiques Bio, Sanoflore, des soins cosmétiques certifiés Bio depuis 1986.

Tous les indicateurs sont au vert. Soins, shampooings, make-up et même parfum s’attachent à préserver la planète et notre peau.

Qu’il s’agisse d’alimentation, d’habillement ou de mode de vie, le green s’impose comme l’alternative idéale pour un public toujours plus préoccupé par les questions de santé et désireux de savoir avec exactitude ce qu’il consomme.
Et s’il y a un domaine dans lequel la tendance gagne du terrain, c’est la beauté. Toujours plus efficaces et plus désirables, les soins au naturel défrichent de nouveaux territoires.

Un soin cosmétique certifié Bio, qu’est-ce que c’est ?
Les soins cosmétiques certifiés Bio désignent une famille de produits, qui privilégient l’utilisation d’ingrédients naturels et d’origine naturelle, respectueux de l’environnement, et issus de l’agriculture biologique.
Ces ingrédients sont divisés  en 4 catégories :
L’eau : non certifiable en Bio.
Les minéraux : naturels mais non certifiables en Bio.
Les ingrédients végétaux : ils représentent la majeure partie des ingrédients Bio et ils incluent : hydrolats, huiles végétales, extraits de plantes, huiles essentielles, cires végétales, etc.
Les conservateurs : non Bio, ils sont approuvés par le référentiel COSMOS.

Comment reconnaître un vrai cosmétique Bio ?
Vérifiez la présence des certifications par des organismes agréés comme Ecocert et des labels (Cosmébio, COSMOS ORGANIC…) qui sont des garanties. Un vrai cosmétique bio est encadré et obéit à des contrôles (au moins une fois par an). Consultez la liste des ingrédients (obligatoire sur chaque étui) qui détaille la composition du produit et précise les pourcentages d’ingrédients Bio et le total d’origine naturelle de la formule.

Sanoflore, des soins cosmétiques certifiés Bio depuis 1986.
Située dans un environnement protégé, le Parc Naturel Régional du Vercors, dans la Drôme (le plus grand espace en France dédié à l’agriculture biologique), Sanoflore favorise les matières premières Bio issues de la production agricole locale et les circuits courts.  Ses produits, labellisés Cosmebio et certifiés Bio par Ecocert, privilégient les ingrédients issus de la distillation à la vapeur d’eau qui préserve les propriétés actives et la richesse sensorielle des plantes fraiches.  Tous les produits Sanoflore sont soumis à des études cliniques pour en évaluer l’efficacité et la tolérance.

A lire dans le magazine J’OSE EN VENDEE n°5 – Parution Avril 2018

Le Feng-Shui

Qu’est ce que le Feng-Shui ?
La Chine est le berceau du Feng-Shui. Après 2000 ans d’observation de la nature, les Chinois ont trouvé les règles entre l’espace, le temps et l’homme. Cette discipline traditionnelle fait partie des médecines énergétiques chinoises telles que l’acupuncture, le shiatsu.
Le Feng-Shui enseigne les fondements de l’existence et donne des repères à l’homme afin qu’il trouve sa place dans ce monde en perpétuel mouvement.

Le Feng-Shui est-il d’activité ?
Nous exprimons le besoin de créer un univers ressourçant, accueillant, sécurisant et qui nous ressemble. Cette recherche perpétuelle de bien-être et de sérénité se doit d’exister aussi bien à la maison que sur notre lieu de travail.
Le Feng-Shui s’impose pour :
– l’achat d’un terrain et d’une habitation
– la construction d’une maison
– la rénovation d’un bien immobilier
– l’aménagement d’un lieu ou des pièces de vie.
Le Feng-Shui permet de placer les personnes dans des conditions optimales de bien-être et de productivité.

Comment procédez-vous dans un projet de construction neuve ?
Tout d’abord, je m’intéresse à l’environnement de la parcelle. En même temps, je prends connaissance de votre projet de vie, de vos besoins, de votre sensibilité pour vous apporter des solutions sur mesure, qui fournissent des informations sur la meilleure orientation de la maison, l’agencement des pièces de vie, l’orientation des lits, le choix des chambres pour les enfants et les parents. Je vous guide dans le choix des couleurs, des formes et des matériaux en fonction de votre personnalité.

feng-shui 2

Vous travaillez en équipe ?
Je travaille en étroite collaboration avec le dessinateur concepteur pour donner un sens à votre construction et lui permettre de répondre à votre besoin. Je respecte votre vie, vos goûts et vous apporte des solutions novatrices quant à la création de l’ambiance énergétique convenant à votre épanouissement personnel.

Un bon Feng-Shui dans la maison familiale, un bon positionnement crée une relation harmonieuse entre marie et femme, entretient une bonne santé, attire l’abondance et la prospérité.

Développer la joie de l’enfant avec l’agencement de son environnement qui prend en compte 3 dimensions essentielles de sa vie : sa créativité, sa scolarité et son sommeil.

C’est une formule alchimique ?
Le Feng-Shui n’a rien de magique, cette discipline permet de renforcer l’environnement dans lequel vous vivez et de vous soutenir dans les épreuves. « Accordez un piano et la probabilité que vous en tiriez une musique agréable est plus élevée, mais vous devez apprendre à en jouer ».

Une discipline essentiel à l’équilibre ?
En effet le Feng-Shui n’est qu’une pièce du puzzle de la vie, mais c’est elle qui joue le rôle de clé de voute permettant de voir le paysage existentiel dans sa globalité. Le Feng-Shui consiste à canaliser l’énergie subtile et fluide autour de nous pour faire régner l’harmonie et l’équilibre entre votre vie et l’environnement dans lequel vous vivez.

A lire dans le magazine J’OSE EN VENDEE n°5 – Parution Avril 2018

Ginkgos … Et si l’arbre aux mille écus cachait des secrets pour notre longévité ?

Une longévité exceptionnelle ? Dans son milieu naturel, le Ginkgo peut vivre 4000 ans. Extraordinairement résistant, ni la pollution, ni les maladies, ni les parasites ne l’inquiètent , alors que toute autre forme de vie alentour était détruite

Longévité
Le ginkgo biloba, qui est la plus ancienne espèce d’arbre connue, serait apparu sur Terre, avant les dinosaures, il y a plus de 250 millions d’années. Cet arbre, qui a survécu à tous les bouleversements climatiques de notre planète, est une espèce hors du commun. C’est le plus vieil arbre connu. Il est surnommé « l’arbre aux quarante écus » ou « arbre aux mille écus » ou « abricotier d’argent » en référence à la couleur de ses feuilles (qui deviennent dorées à l’automne).

Histoire
Longtemps inconnu du monde occidental, le ginkgo biloba a été rapporté du Japon vers 1692 par le médecin et botaniste allemand Engelbert Kaempfer. Cet arbre a été planté pour la Première fois en Europe en Hollande, dans le jardin botanique d’Utrecht en 1730.  En France, le premier pied de Ginkgo a été apporté par Auguste Broussonnet et planté dans le Jardin botanique de Montpellier à la fin du XVIIIe siècle. En 1795, une bouture prise sur l’arbre de Montpellier est plantée au Jardin des plantes de Paris. Pour la petite histoire, ces deux arbres sont toujours vivants aujourd’hui.

Spécificités
Le ginkgo biloba est un arbre pouvant atteindre 35 à 40 m de hauteur qui est connu pour sa très grande longévité puisque certains spécimens ont plus de 2500 ans. Il possède des feuilles formées de deux lobes (d’où son nom de « biloba ») et dépourvues de nervure centrale qui sont uniques en leur genre parmi les plantes porteuses de graines. À noter : la feuille de ginkgo est bilobée quand elle est jeune mais prend ensuite la forme d’un éventail. Sa période de floraison est en avril-mai et son feuillage est caduc.

Bienfaits prouvés du Ginkgo
Plusieurs archives chinoises relatent l’utilisation des feuilles de Ginkgo en 2800 av J.C. pour améliorer la circulation sanguine et la fonction pulmonaire. D’autres archives du XVe siècle mentionnent l’utilisation des feuilles sur les plaies de la peau et contre la diarrhée. Les scientifiques ont identifié plus de 40 composants dans le Ginkgo. Deux d’entre-eux – Les Terpénoïdes et les Flavonoïdes – semblent avoir des propriétés médicinales. Les flavonoïdes sont des antioxydants à base de plantes dont les effets sont démontrés pour protéger le système nerveux, les muscles du coeur, les vaisseaux sanguins, et la rétine. Les Terpénoïdes (telles que les ginkgolides) sont connus pour améliorer la circulation sanguine. Le Ginkgo est l’une des plantes les plus étudiées au monde, en particulier dans le cadre médicinal. Être vivant que l’on peut qualifier d’immortel, ce végétal résistant, supérieur et unique, revêt des vertus thérapeutiques découvertes depuis l’antiquité en médecine traditionnelle chinoise.

GINKGOS A SAVOIR

Comme propriétés médicinales, le Ginkgo biloba contient :
– des flavonoïdes (antioxydants dans notre alimentation),
– des terpénoïdes pour leurs qualités aromatiques,
– des lactones (arôme de produits alimentaires transformés ou naturels).
Puissant antioxydant, les effets du Gingko sur l’organisme sont multiples. Si pour certains chercheurs, cette plante améliore la fonction artérielle, on sait que ses feuilles sont utilisées comme remède naturel pour :
– réduire l’inflammation
– faciliter la circulation sanguine
– protéger les cellules nerveuses
– réduire la douleur dans les maladies vasculaires périphériques.
Dans le cadre d’un traitement, le Ginkgo biloba est préconisé pour :
– les dysfonctions sexuelles
– les acouphènes
– les maux de tête
– les vertiges
– le mal des montagnes
– les manifestations de l’anxiété ainsi que, de la maladie de Raynaud
– soulager le syndrome prémenstruel
– les troubles de la vue (glaucome, rétinopathie)
– la dépression
– le vitiligo
– l’anxiété
– la démence, la schizophrénie…
À cela, s’ajoutent les capacités de l’arbre aux mille écus, à prévenir risque de maladie d’Alzheimer, celles cardiovasculaires et même, à régénérer les fonctions cognitives chez les séniors en bonne santé.…

A lire dans le magazine J’OSE EN VENDEE n°5 – Parution Avril 2018

Avec « J’OSE » votre communication circule !

Le salon « Atlantique Zen » à accueilli au sein du Palais des Congrès de Saint-Jean-de-Monts durant trois jours (9-10-11 nov) une foule nombreuse et intéressée. Les visiteurs on pu repartir avec la dernière parution du magazine « J’OSE » qui leur était offert.

Succès et impact garanti pour cette parution !

N’oubliez pas que vous pouvez télécharger « J’OSE » sur le lien www.joseenvendee.fr

Produits d’entretien, les solutions écologiques !!!

Dérèglement hormonal, allergies, réactions en tous genres, les composés chimiques utilisés dans nos produits ménagers peuvent avoir des conséquences néfastes sur notre santé d’où l’intérêt d’opter pour des produits bio et 100 % naturels.

UNE LESSIVE ÉCOLO
Pourquoi ne pas préparer vous-même votre lessive écolo ? Pour cela, faîtes fondre à feu doux, tout en remuant de temps à autres, un savon de Marseille (50 g) dans une petite marmite contenant 2 litres d’eau. En parallèle, diluez 1 litre d’eau chaude avec des cristaux de soude (150 g) et y ajoutez le bicarbonate de soude (5 cuillères à soupe). Prenez ensuite cette préparation et versez-là dans la première. Mélangez le tout et laissez refroidir. Ajoutez-y ensuite de l’huile essentielle de citron (environ 25 gouttes). Si la lessive est un peu trop compacte, y ajouter de l’eau pour la rendre plus liquide. Le tour est joué ! Pour utilisez cette lessive écologique et 100 % naturelle, versez-en 2 cuillères à soupe dans le tambour de la machine à laver ou dans une bassine pour un lavage à main.

UN DÉSINFECTANT BIO POUR LE LINGE
Le vinaigre blanc est magique ! Versez en un tout petit peu dans le tambour du lave-linge pour désinfecter votre linge et donc de le désodoriser. Autre effet du vinaigre blanc, il permet de prévenir les dépôts de calcaire dans le lave-linge.

DES VITRES PROPRES
Oubliez les produits tout faits qui nettoient les vitres, il y a beaucoup mieux et bien plus écologique. Préparez un mélange réalisé à base de vinaigre blanc (400 ml), d’eau (100 ml) et d’huile essentielle (par exemple l’orange, environ 5 gouttes).

UN NETTOYANT MULT-USAGE NATUREL
Rien de tel qu’un produit 100 % naturel pour désinfecter la plupart des surfaces de votre lieu de vie. Pour cela, diluez dans 1 litre d’eau chaude
2 cuillères à soupe de bicarbonate de soude, connu pour son pouvoir dégraissant. D’un autre côté, versez 1 cuillère à soupe de vinaigre blanc d’alcool dans un verre et ajoutez-y 1 cuillère à soupe d’huiles essentielles de votre choix (pour la senteur). Versez les 2 mélanges dans une bouteille et secouez. Votre nettoyant est prêt !

A lire dans le magazine J’OSE EN VENDEE n°5 – Parution Avril 2018

À la Cavac, la révolution bio s’accélère…

C’est une date clef à la Cavac. On est en 2008. Bioporc, entreprise de salaison en bio, cherche à sécuriser sa production. L’entreprise de La Châtaigneraie s’adosse à la Cavac. Porc bio Atlantique voit le jour. Six ans après, Bioporc devient une entité à part entière de la Cavac. L’information passera sous les radars de l’actualité mais elle n’est pas passée inaperçue chez les observateurs et les opérateurs.
La Cavac, groupe agro-industriel basé sur la Vendée et les Deux-Sèvres (5000 adhérents, 1200 salariés, 900 millions de chiffre d’affaires), vient d’entrer de plain-pied dans le monde du bio. « C’est vrai que cet événement a été déclencheur », analyse Sébastien Aumont, directeur de l’innovation et de la communication.
Pour autant, le bio n’est pas complètement étranger à la Cavac. Depuis la fin des années 90, des agriculteurs de la coopérative avaient tâté le terrain. Mogettes, lentilles, petits pois, blé, maïs… Une présence certes confidentielle, mais bien réelle. C’était avant le virage de 2008, et la création de Bioporc.
« Un écosystème bio »
Nouvelle étape en 2015, avec l’acquisition cette fois du minotier des Mauges, Biofournil. Puis viendra la création d’un segment très spécifique, mais déterminant, le développement d’une filière dédiée à la nutrition animale bio. « On a créé un écosystème bio complet, de l’amont à l’aval, avec les céréales bio, la production animale bio. »

HARICOT

Le bio ne pèse encore « que » 10 % du chiffre d’affaires de la Cavac, mais la révolution « verte » est en cours. « Aujourd’hui, c’est économiquement rentable », relève Sébastien Aumont.
La demande des consommateurs grandit, et l’intérêt des agriculteurs n’a jamais été aussi fort, même si des freins, culturels voire psychologiques, demeurent. « On sent que le regard, y compris du monde agricole, qui est parfois assez conservateur, change », reconnaît Sébastien Aumont.
Reste à accompagner ce mouvement. La Cavac s’y attelle. Elle a renforcé ses équipes techniques capables d’accompagner les agriculteurs vers le bio. Car le bio, contrairement à certaines idées reçues, ne se décrète pas sur un claquement de doigt. Il impose un vrai savoir-faire.

POUSSE DE HARICOTArticle à Lire dans le Magazine J’Ose n°5, parution Avril 2018

Et si le tatouage n’avait pas d’âge ?

Chez les jeunes, les tatouages font partie des grandes tendances actuelles…
Passé la cinquantaine, de plus en plus de femmes et d’hommes osent franchir le pas ! Peut–être une nouvelle quête identitaire…
Mais y-a-t-il une limite d’âge pour se faire tatouer ?

Le terme « Tatouage » vient du mot tahitien tatau, signifiant « marquer, dessiner ou frapper » et prend sa source dans l’expression « Ta-atouas ». La racine du mot – ta – signifiant « dessin » et – atua – « esprit, dieu ». Le Docteur Berchon, traducteur du deuxième voyage de Cook vers Tahiti en 1772, employa pour la première fois le mot « tattoo ». A la fin des années 1700, il sera francisé en « tatouage».
Quelle technique est utilisée ?

HOMME TATOUE
La technique du tatouage consiste à injecter l’encre sous la peau à l’aide d’aiguilles ou d’objets pointus. L’encre est déposée sous la peau entre le derme et l’épiderme. La profondeur de la piqûre varie de 1 à 4 mm en fonction des types de peau et des parties du corps, les zones les plus épaisses se situant dans le dos, les coudes et les genoux. Depuis plusieurs milliers d’années, le tatouage est pratiqué dans le monde entier. Il est réalisé pour des raisons symboliques, religieuses ou esthétiques. Dans plusieurs civilisations, il est même considéré comme un rite de passage du fait de la douleur endurée lors de la réalisation du motif.…

TATOUAGE

Article à Lire dans « J’ose en vendée n°4 » – Parution Octobre 2017

 

Réussir la rénovation énergétique de son habitat

Près d’un tiers du parc de logements en France, devront avoir fait l’objet d’une rénovation énergétique avant 2025. L’occasion de faire des économies de chauffage. Mais encore faut-il éviter les pièges ! L’association « UFC Que Choisir de Vendée » vous conseille.

LOGO UFC QUE CHOISIR

Réaliser des travaux efficaces
Souvent, on entend cette remarque : « j’ai changé les fenêtres mais la consommation reste toujours importante ». Car, le premier réflexe lorsque l’on souhaite améliorer la qualité énergétique de l’habitat est de changer les ouvertures. Pourtant, les études révèlent que les déperditions de chaleur par le toit s’élèvent à 20-25% ainsi que pour les murs. Il faut savoir en effet que les travaux d’isolation répondent à quelques grands principes. Déjà, la pose d’un isolant doit être continue afin d’éviter des ponts thermiques qui provoquent des pertes de chaleur. Ceci signifie qu’aucun espace vide ne sera négligé. De même, la ventilation joue un rôle fondamental car la vie interne crée de la vapeur d’eau nécessitant une évacuation. Enfin, l’absence d’humidité sur l’isolant s’avère nécessaire pour le rendre efficace. Pour ce faire, il convient de vérifier les fuites d’eau en toiture ou les entrées intempestives.

Lire l’étiquette d’un isolant
Un isolant thermique correspond à un matériau qui permet de diminuer les échanges de chaleur à travers une paroi. Il se définit par son coefficient de conductivité lambda et sa résistance thermique. Le premier traduit la capacité à conduire la chaleur. Plus le lambda indiqué sur l’étiquette demeure faible, plus le pouvoir isolant du matériau s’avère meilleur. Il est généralement compris entre 0,025 et 0,050W/m.k (watt par mètre kelvin). La seconde s’exprime en m2.k/W (mètre carré kelvin par watt). Plus le R est élevé, meilleur est l’efficacité de l’isolant.
Acermi (association pour la certification des matériaux isolants thermiques) certifie les performances des produits isolants. Cette certification complète le marquage CE (Conformité européenne) indiquant que le matériau est conforme à la directive européenne des produits de construction.

Bénéficier des aides financières disponibles
L’état souhaite favoriser la rénovation énergétique des logements particuliers. Il existe de nombreuses aides adaptées aux travaux d’isolation et d’économie d’énergie. Ces aides diverses peuvent paraître complexes et concernent les appareils, matériaux et équipements éligibles au crédit d’impôt. Un artisan mal choisi, des matériaux ne correspondant pas aux performances prévues et le client se voit refuser une subvention. Afin d’éviter ce genre d’écueil, il apparait préférable de se documenter sur les dispositifs en vigueur avant d’entreprendre les travaux. En Vendée, l’ADIL (agence d’information sur le logement) apporte des renseignements sur le conseil en énergie et les aides ainsi que l’espace info énergie (ADEM).
Les conditions d’octroi des aides varient en fonction des lois de finance chaque année.

A Lire dans notre Magazine J’ose en Vendée n°4

Parution Octobre 2017

Manger Sain

Pourquoi consommer des fruits et des légumes de saison ?

Tout le monde sait qu’il est recommandé de consommer les fameux cinq fruits et légumes par jour. Cela n’est vrai qu’à condition qu’ils soient de saison et de préférence bio et locaux.
À l’heure où tous les fruits et légumes sont, pour ainsi dire, disponibles toute l’année, il n’est pas simple de savoir quels fruits et légumes consommer à quelle saison. Découvrez dans cet article quels sont les meilleurs fruits et légumes au printemps et en été.

Les atouts des fruits et légumes de saison

Les fruits et légumes de saison présentent de très nombreux atouts, contrairement à ceux cultivés en serre et qui ont vécu de longues heures de transport pour être exportés. Voici quelques avantages à les consommer de saison :

Le goût :
Les fruits et légumes sont arrivés à maturité et prêts à la consommation, ce qui garantit un bien meilleur goût. Ceux qui sont exportés doivent être cueillis trop tôt pour mûrir durant le transport, avec comme résultat une perte de goût et bien sûr plus ils consommeront du carburant.

Ils répondent au bon moment à nos besoins nutritionnels :
La nature est bien faite et nous offre tout ce dont nous avons besoin au bon moment ! En hiver, avec le froid et le manque de soleil, notre corps réclame plus de nutriments et notre système immunitaire a besoin d’un petit coup de fouet : tant mieux, c’est la saison des légumes riches en minéraux et des agrumes pleins de vitamine C. En été, avec la chaleur, notre organisme dépense moins de calories mais demande plus d’eau : tous les fruits et légumes de la saison en sont gorgés : melon, salade, tomate, courgette, fruits rouges, etc.

Ils sont plus riches en antioxydants :
Les antioxydants sont des molécules qui protègent les cellules de notre corps des agressions qu’elles subissent tous les jours (pollution, tabagisme, UV, etc.), et permettent donc de prévenir l’apparition de certaines maladies et de rester jeune plus longtemps. Les végétaux en produisent comme mécanisme de défense essentiellement lorsqu’ils sont exposés au soleil et aux agressions externes et qu’ils doivent se défendre seul, sans pesticide. Raison pour laquelle les fruits et légumes bio contiennent un peu plus d’antioxydants que les autres. Une remarque : la peau est très riche en antioxydants et autres vitamines et fibres, alors conservez-la au maximum…

Article à Lire dans « J’ose » Magazine du développement durable.

Téléchargez-le gratuitement sur www.josenvendee.fr

J’OSE EN VENDEE

« MADE IN VENDEE »

Force est de constater que le développement durable prend une place de plus en plus importante dans notre société ou tout simplement dans nos vies.

Le magazine J’ose en Vendée part à la rencontre de ces hommes et de ces femmes qui OSENT prendre les choses en main et agissent pour le bien de notre environnement.

N°6 : Découvrez le dernier numéro de J’OSE EN VENDÉE en version e-book:

N°5 : Si vous avez manqué le numéro précédent, Cliquez ici, c’est cadeau !

Offset5 OSE le mag des + de 50 ans

Parce que la vie ne s’arrête pas à 50 ans. Mais, qu’au contraire, il est temps d’en profiter et de croquer dedans à pleine dents, les Editions Offset 5 ont choisi de consacrer leur dernier né à ces quinquas (et plus…) qui sont bien dans leur peau.

D’ores et déjà disponible dans les maisons de presse du département, « J’OSE » est le magazine du bien-être en Vendée. Loisirs, bons plans, vie pratique ou encore recettes de cuisine, les thèmes sont nombreux et variés. Vous retrouverez également différents portraits, reportages ou conseils d’expert.

Bien sûr, « J’OSE », c’est aussi et surtout un magazine de grande qualité, la marque de fabrique des Editions Offset5. Magazine 100% Vendéen, « J’OSE » fait la part belle aux visuels et à l’info du département.

A découvrir sans modération !

Editions Offset5
3 rue de la Tour
85150 La Mothe-Achard
Tél : 02 51 94 77 78