15 ans de passion entre Paprec Recyclage et le Vendée Globe

ARKEA PAPREC

« Je profite des temps où le bateau est en chantier pour m’entraîner en moth à foil. J’adore cette sensation de voler sur l’eau, c’est addictif !

Avec quatre Vendée Globe à son actif aux côtés de Jean-Pierre Dick et de nombreux milles à son compteur, Paprec Recyclage figure parmi les acteurs majeurs du sponsoring voile depuis plus de 15 ans. Il poursuit l’aventure sur le circuit IMOCA avec Sébastien Simon.

En annonçant sa cinquième participation au Vendée Globe, Paprec revient donc sur le circuit IMOCA après une Route du Rhum-Destination Guadeloupe 2014 sur trois coques avec Yann Eliès (MOD70). Une nouvelle aventure collective, puisque Paprec sera cette fois associé à Arkéa en tant que co-partenaire titre du projet. « Nous souhaitions repartir sur un programme de quatre ans en IMOCA avec le Vendée Globe en point d’orgue. Avec la fougue et le talent de Sébastien Simon auxquels s’ajoute la grande expérience de Vincent Riou, nous construisons un projet compétitif sur lequel nous fondons beaucoup d’espoir » souligne Sébastien Petithuguenin, directeur général de Paprec Recyclage.

ARKEA PAPREC 2

Paprec Recyclage est un partenaire et un sponsor engagé de longue date dans la voile. Il a accompagné depuis 15 ans de grands marins : Loïck Peyron, Jérémie Beyou, Yann Eliès et Jean-Pierre Dick. Avec ce dernier, Paprec a participé à quatre Vendée Globe et a remporté deux victoires majeures sur la Barcelona World Race en 2018 et 2011. L’entreprise a également gagné quatre fois la Transat Jacques Vabre en 2003, 2005, 2011 et 2017. « La ténacité, l’engagement et la passion dont font preuve les marins pour conduire un projet IMOCA sur terre comme sur mer correspondent aux valeurs intrinsèques du groupe » conclut Jean-Luc Petithuguenin, Président fondateur de Paprec Group.

A lire dans LES SABLES D’OLONNE Magazine n°21, Parution Mai 2019

Un Vendée Globe pour le Vendéen Benjamin Dutreux

BENJAMIN DUTREUX

Benjamin Dutreux, jeune skipper vendéen de 29 ans, se lance à l’assaut de l’emblématique Vendée Globe embarquant avec lui un projet pas comme les autres aux côtés de la Water Family.

Il en parle depuis des années, et après quatre saisons sur le circuit Figaro conclues par une cinquième place au classement général de la mythique Solitaire Urgo le Figaro 2018, Benjamin Dutreux se lance pour de bon à l’assaut du Vendée Globe 2020. Le jeune marin vient d’acquérir un IMOCA 60’ qui dispose d’un palmarès impressionnant : vainqueur de la Route du Rhum en 2010 avec Roland Jourdain (Véolia), et 3è du Vendée Globe en 2013 avec Alex Thomson sous les couleurs d’Hugo Boss. Plus récemment, c’est le skipper japonais Kojiro Shiraishi qui prenait le départ du Vendée Globe 2016 sur cet IMOCA 60’.
« Cela fait des années que je pense au Vendée Globe et après ma dernière saison en Figaro, nous avons, avec mon équipe, intensifié les recherches d’un partenaire majeur pour atteindre cet objectif. Nous nous sommes vite rendu compte que les entreprises attendaient du concret : un bateau. C’est pourquoi, mes partenaires historiques ayant décidé de me suivre dans ce nouveau projet, j’ai décidé d’acquérir mon IMOCA 60’. Aujourd’hui, plusieurs nouveaux partenaires se sont joints à notre famille. Nous sommes toujours à la recherche d’un sponsor majeur pour emmener le projet jusqu’au Vendée Globe. »

BENJAMIN DUTREUX 2

Plusieurs courses sont prévues pour se qualifier à la course emblématique : la Transat Jacques Vabre en octobre 2019, The Transat en mai 2020 et la Transat New-York – Vendée en juin 2020. L’IMOCA 60’ Water Family a été mis à l’eau en septembre 2019 aux Sables d’Olonne.

Un projet pas comme les autres

En tant que marin, Benjamin est le premier à constater les dégâts liés à notre mode de consommation. Déjà engagé depuis plusieurs années aux côtés de l’association la Water Family – Du Flocon à la Vague, il a souhaité ajouter du sens à son projet Vendée Globe en se joignant à nouveau à cette association. Son objectif ? Agir !
« Mener un projet sportif qui a du sens, c’est réellement ce que je recherche dans ma participation au Vendée Globe 2020. Je veux mettre mon sport, la course au large, au service de l’environnement. Cela fait plusieurs années que mon équipe et moi travaillons avec la Water Family sur le Tour Voile notamment. Depuis 2018, nous avons déjà sensibilisé plus de 3000 enfants à la préservation de l’eau grâce à la consommation responsable. L’objectif en emmenant l’association avec nous sur le Vendée Globe, c’est de faire rayonner son message bien plus loin et de sensibiliser toujours plus d’enfants. »
La Water Family agit à la source :
– À la source, car l’eau est la matière première de tous nos biens de consommation (alimentation, transport, objets…).
– À la source, car son action prioritaire vise les jeunes générations, l’éducation étant la clé pour un changement durable de société.
Un réel programme pédagogique est déployé dans les écoles. Des espaces de sensibilisation sont également mis en place sur les villages des courses, notamment sur la Transat Jacques Vabre. Les partenaires du projet eux aussi sont « Water Family » et prévoient des actions de sensibilisation auprès de leurs collaborateurs.

Rencontre entre les partenaires (Sateco, Eoliennes en Mer Iles d’Yeu et de Noirmoutier, West Info, Fast Concept Car, Isuzu Bus, Coyote et Lakaj Kolor) et proches du projet sur le chantier à La Mothe-Achard au coeur des locaux de l’entreprise Anim85.

BENJAMIN DUTREUX 3

A Lire dans le Magazine de La Roche-sur-Yon n°14 – Parution décembre 2019

Sébastien SIMON, un sablais à la conquête du monde !

Sebastien SIMON

UN SKIPPER 100% VENDÉE
Le moins que l’on puisse dire, c’est que Sébastien Simon n’est pas du genre à traîner en chemin. En à peine cinq ans sur le très exigeant circuit Figaro, il décroche le graal : la victoire sur la Solitaire URGO Le Figaro 2018. Il a 28 ans. Hasard ou destin, l’arrivée victorieuse a lieu à Saint-Gilles-Croix-de-Vie, à quelques kilomètres de chez lui. Et sur l’eau pour l’accueillir, Vincent Riou à bord de son IMOCA PRB. La carte postale est jolie et promet déjà une belle histoire. Celle de Sébastien, originaire des Sables d’Olonne qui, après avoir vu la course partir et revenir dans son jardin, voit son rêve de Vendée Globe devenir réalité. Ultra-motivé mais conscient du défi à relever, le skipper vendéen s’entoure de personnes d’expérience pour son nouveau projet : participer au Vendée Globe 2020.
Vincent Riou, skipper de PRB pendant 16 ans, vainqueur du Vendée Globe 2004-2005, devient directeur technique du projet et Juan Kouyoumdjian, architecte naval de renommée internationale, a dessiné le monocoque de 18,28m. Impliqués depuis plus de 15 ans dans la voile, les groupes Arkéa et Paprec s’unissent pour permettre à Sébastien de relever le plus grand défi de sa vie sportive.

SEBASTIEN SIMON 2

LES BONS PLANS DE SÉBASTIEN SIMON
Très attaché aux Sables d’Olonne où il revient dès que possible, Sébastien y a ses habitudes. Fan de sports de glisse et de sport en général, il nous livre ses bons plans dans la région : « LE spot de surf c’est Bud Bud près de Longeville sur mer. La vague est puissante et il y a un beau shorebreak. Pour le footing, direction Cayola pour un parcours le long de la mer. J’aime beaucoup le côté sauvage de cet endroit. Quand je rentre aux Sables d’Olonne, en général c’est pour prendre du temps pour moi et retrouver mes amis. Cela peut se faire avec une séance de squash à Espace Form, c’est un sport cardio et ludique ! Mais aussi autour d’un dîner, à La Cabane par exemple. Ce bar à huitres à Brem-sur-Mer est tenu par mon entraîneur d’Optimist lorsque je naviguais au SNS (Sports Nautiques Sablais). »

 

« Les IMOCA sont des bateaux très technologiques. Je m’appuie vraiment sur l’expérience de Vincent qui est directeur technique du team ARKEA PAPREC. Nous courrons ensemble la prochaine transat Jacques Vabre. »

BATEAU PAPREC
LE MOT DE VINCENT RIOU
Sous les couleurs de l’entreprise vendéenne PRB, Vincent Riou est entré dans le cercle fermé des vainqueurs du Vendée Globe le 2 février 2005. Aujourd’hui, il a mis sa carrière de skipper entre parenthèses pour accompagner Sébastien Simon dans la construction de son bateau et dans sa préparation pour le Vendée Globe. Un rôle nouveau qui l’enthousiasme tant il sent chez Sébastien Simon, la capacité à écrire, à son tour, une magnifique histoire sur le Vendée Globe.
« J’ai un rôle de conseiller et d’observateur privilégié. L’objectif est que Sébastien s’approprie le bateau en toute sécurité, avec un bon guide. C’est plutôt sympa, je le vois découvrir cette machine et l’utilisation de ces bateaux qui sont assez techniques.
Sébastien est un grand sportif, je n’ai aucun doute là-dessus. Il a fait complètement ses preuves en gagnant la Solitaire URGO Le Figaro mais on savait déjà avant qu’il était mature. Il fallait passer le dernier échelon et transformer des compétences en un résultat, ce qu’il a su faire l’an dernier. Cette victoire lui a amené de la confiance pour la suite et l’a liberé de pas mal de choses. Cela va lui permettre de se concentrer à fond sur son projet IMOCA et sa préparation au Vendée Globe. »

Suite à lire dans LES SABLES D’OLONNE Magazine n°21, Parution Mai 2019