Quel professionnel pour ma maison ?

Architecte, constructeur, maître d’œuvre…

Sauf cas exceptionnel, un projet de construction nécessite le soutien d’un professionnel expérimenté. Trois choix s’offrent à vous : le constructeur, le maître d’œuvre ou l’architecte. A qui faire appel ? Les contrats, donc les garanties et protections qu’ils proposent, ne sont pas les mêmes et peuvent vous aider à choisir celui qui vous convient le mieux.

Les constructeurs de maisons individuelles
Les constructeurs travaillent sous le régime du Contrat de construction d’une maison individuelle (CCMI). Ce contrat est très protecteur. Vous traiterez avec un interlocuteur unique (le constructeur) et bénéficierez d’un délai de rétractation. La principale protection offerte par le CCMI, c’est la garantie de livraison à prix et délais convenus. Vous êtes assuré de voir votre maison terminée quoi qu’il arrive. Autre certitude, on vous livrera une maison conforme à la réglementation thermique 2012. Le constructeur s’occupera également des formalités que la RT 2012 rend obligatoire.

Les architectes et les maîtres d’œuvre
Si un CCMI vous assure d’un prix global, vous n’avez pas accès au détail. Le maître d’œuvre et l’architecte optent, eux, pour la transparence totale en la matière : vous signez, en effet, les devis de chaque entreprise. En revanche, les aléas de chantier restent à votre charge. Suivre un chantier est un travail complexe. Le CCMI vous assure d’un suivi complet et c’est également possible avec un architecte et un maître d’œuvre en signant un contrat en « mission complète ». On notera également que l’accès au chantier est plus facile en passant par un architecte ou un maître d’œuvre (vous n’avez pas besoin d’autorisation).

Standard vs personnalisée
Au niveau conception, si vous recherchez un produit plutôt « personnalisée », peut-être devriez-vous plutôt vous tourner vers un maître d’œuvre ou un architecte. Attentifs à vos souhaits, ils se font forts de faire naître la maison de vos rêves. Toutefois, même si cela ne reflète pas la tendance générale, il existe des constructeurs qui proposent une démarche personnalisée. Dans tous les cas, c’est à vous qu’il appartient de vérifier que le professionnel propose une architecture bioclimatique. Il convient de visiter les chantiers de votre professionnel, ils parleront pour lui. Et, peu importe quel professionnel vous choisirez, vous avez la possibilité de rencontrer gratuitement un architecte dans le CAUE (conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement) de votre région. Celui-ci pourra valider vos plans dans le respect d’une architecture bioclimatique.

Attention !
Vous ne devez pas oublier qu’au delà de 150 m² de surface de plancher ou d’emprise au sol, le recours à un architecte est obligatoire.

Lire la suite dans L’Habitat durable n°11 – parution septembre 2018.

MAISON PASSIVE : Côté pile, côté face

C’est sans nul doute, la maison de demain. A l’heure où tout le monde parle écologie et protection de la planète, la maison passive s’avère de plus en plus prisée par les nouveaux propriétaires. Comme ici, à Mortagne-sur-Sèvre…

C’était sa priorité. Lorsqu’il s’est décidé à faire construire, ce couple vendéen avait plusieurs idées en tête. Mais ce qu’il voulait avant tout, c’est une maison passive. Pour le côté économie d’énergie bien sûr. Mais surtout pour l’esprit « écolo ». Une maison passive ne consomme pas aujourd’hui… elle ne consommera pas plus demain.
Une maison passive donc, essentiellement. Mais une belle maison également ! Il leur a alors fallu du temps pour trouver la personne qui saurait traduire sur le terrain ce qu’ils avaient tout deux longtemps imaginé. L’architecte Marie Chappat, de l’agence INSO, fut celle-là. Aujourd’hui, ils ne regrettent surtout pas leur choix.
Ici, performance rime avec élégance. Située sur les hauteurs d’un très joli coteau, la maison surprend dans un premier temps. Le contraste s’avoue saisissant entre les façades nord et sud. Côté rue, un bloc sobre et classe à la fois ! Côté jardin, la terrasse supérieure et les nombreuses baies vitrées subliment une maison totalement ouverte sur la vallée environnante. Un choix dicté par l’orientation géographique et la nécessité de faire entrer la lumière au sud, mais pas seulement. Une volonté aussi de conserver un peu d’intimité de l’autre côté. Là, une porte d’un rouge flamboyant et une petite fenêtre habillent tout simplement la façade composée de panneaux de fibro-ciment blanc. Un choix judicieux lorsque l’on veut composer avec l’aspect financier et l’esthétique.

COTE PILE
L’ensemble s’intègre parfaitement à la topographie. Pas si facile sur un terrain très pentu ! L’architecte a fait le choix de jouer sur la volumétrie. Et c’est très réussi. Un temps imaginé au rez-de-jardin, l’espace de vie a finalement pris place à l’étage, à hauteur de rue. Outre le séjour, on trouve là la cuisine bien sûr, mais aussi la suite parentale, composée d’une chambre et d’une première salle de bain.
La seconde ? Elle se situe un niveau en-dessous. Il suffit de descendre un petit escalier qui mène également aux deux autres chambres et au bureau. Trois pièces parfaitement orientées vers le sud et bénéficiant chacune d’une belle baie vitrée. Du bel ouvrage ! Protégées d’un trop plein de soleil par des volets roulants, elles le sont également par le débord de la terrasse, tandis que des brises soleils abritent les baies vitrées du niveau supérieur.
Le tout s’avère parfaitement isolé. Maison passive oblige. Aucune zone froide, ni pont thermique. Trois tests d’étanchéité ont été réalisés au fur et à mesure de l’avancé du projet. Et, aujourd’hui, le chauffe-eau et la vmc double flux suffisent à garantir une température douce et agréable tout au long de l’année. Hiver comme été. Du grand luxe ? Du passif tout simplement !

FICHE TECHNIQUEArticle a Lire dans le Magazine de L’Habitat durable n°11, Parution Septembre 2018

En vente 4€50 en maison de presse.

BIEN RÉNOVER, C’EST BIEN ISOLER

STOP AUX DÉPERDITIONS DE CHALEUR !!!

Lorsque vous vous lancez dans cette grande aventure qu’est la rénovation, les premiers travaux à entreprendre concernent, sans conteste, l’isolation de votre maison.

Sensation d’air frais, différence de températures entre les pièces, inconfort thermique, apparition de moisissures, courants d’air entre les jointures des fenêtres… Autant de signes qui montrent la mauvaise isolation d’une habitation. Certains décideront d’effectuer les travaux eux-mêmes. Pourquoi pas ? Mais en faisant appel à un bon professionnel tel qu’IBF Isolation vous êtes sûrs d’éviter toute mauvaise surprise. Les parois ainsi que les façades sont les principaux responsables des déperditions de chaleur. Mais il est tout aussi important de veiller à ce que les portes et fenêtres soient bien isolées. Si besoin, il ne faudra pas hésiter à les remplacer.

L’isolation du sol au plafond
L’isolation des combles
Une toiture non isolée représente 30 % des déperditions thermiques d’un habitat. En effet, l’air chaud est plus léger et a tendance à monter vers le haut du logement. Les techniques seront différentes selon que les combles sont perdus (isolation sur le plancher), aménageables (isolation entre les chevrons) ou habitables (isolation au-dessus des chevrons). Il existe plusieurs produits sur le marché : laine minérale, laine de bois, ouate de cellulose, chanvre… Vérifiez bien leurs performances avant de choisir.

DEPERDITION DE CHALEUR

L’isolation des murs
Des murs mal isolés représentent 16% des déperditions thermiques d’un habitat. Mais comment bien isoler les murs ?
– Quel isolant ?
Un isolant pour les murs devra présenter une tenue mécanique indispensable pour prévenir le tassement de l’isolant dans le temps. Il existe différentes familles de produits adaptés à l’isolation des murs : la laine de verre, la laine de roche, la laine de chanvre, le polystyrène PSE, la plume de canard, le polyuréthane, la laine de bois, la laine de lin, la laine de coton et les textiles recyclés.
– Isoler par l’intérieur ou par l’extérieur ?
Isolation par l’intérieur : on pourra utiliser des panneaux isolants, de l’isolant en vrac ou des enduits isolants. Cette solution n’est pas la plus performante mais la pose est plus aisée. Toutefois, faire appel à un professionnel vous permettra d’éviter tous les désagréments futurs (ponts thermiques, mauvaise évacuation de l’humidité à travers les murs…).
Isolation par l’extérieur : cette solution, plus couteuse il est vrai, parait toutefois nettement plus efficace et offre un large choix de produits. Elle permet de plus un très bon confort en hiver comme en été au sein de l’habitat. On pourra utiliser un bardage, des panneaux enduits ou un enduit isolant.

L’isolation du sol
Les planchers peuvent être responsables de 10 % des pertes thermiques. Là encore, il existe plusieurs solutions en matière d’isolation.
S’il est possible d’isoler par le dessus du plancher en posant un isolant et en le couvrant d’un revêtement pour pouvoir circuler, ou d’isoler entre les éléments de structure du plancher, on peut également privilégier l’isolation par-dessous qui permettra d’utiliser l’inertie thermique du plancher pour stocker la chaleur et limiter les surchauffes…

A lire dans l’habitat durable n°11, parution septembre 2018.

POURQUOI CONSTRUIRE UNE MAISON EN BOIS…

POURQUOI EST-CE UNE BONNE IDEE ?

Certains apprécient leur bonne résistance thermique et d’autres les perspectives qu’elles offrent sur le plan architecturale. Mais si le nombre de maisons en bois ne cesse d’augmenter, c’est qu’elles offrent beaucoup d’autres avantages.

Pour ses performances thermiques
Parfait isolant, et très mauvais conducteur de chaleur, le bois a une performance thermique très élevée. La condition est de veiller à l’étanchéité à l’air du bâtiment, ce qui vous permettra de bénéficier de ces qualités thermiques et de ventilation de façon optimale. La performance thermique élevée du bois montre toute sa rentabilité à travers les importantes économies d’énergie réalisées pouvant aller jusqu’à 80 %. Les performances d’isolation acoustiques du bois sont également reconnues, il peut réfléchir ou absorber les ondes sonores. C’est pourquoi il est utilisé pour construire des auditoriums, des théâtres, et de nombreux instruments de musique.

Pour les perspectives d’évolution
La construction à ossature bois est souple et modulable. Il est aisé d’envisager une extension ou une transformation éventuelle d’une maison à ossature bois. Elle s’adaptera facilement, et s’agrandira en fonction de l’accroissement de la famille.

Pour l’écologie
La construction d’une maison bois a une faible empreinte écologique. Matériau issu de l’air, de l’eau et du soleil, il a une faible consommation en CO2. Le bois est au cœur de la problématique énergétique. Lorsque l’on compare l’énergie nécessaire à la production de divers matériaux, on constate que le bois est, de loin, celui qui consomme le moins d’énergie. Utiliser le bois dans la construction entretient le cycle qui limite l’effet de serre. Il faut savoir que le bois et les matériaux végétaux naturels ont le meilleur bilan carbone des composants de construction puisqu’ils sont des « puits à carbone » ayant stocké et absorbé le CO2 de l’air tout au long de leur vie. Bien sûr, il faut s’assurer que les bois utilisés sont issus de forêts gérées durablement sous éco certification. Enfin, les chantiers de construction de maisons bois sont sans nuisances (sonores, olfactives), et le taux de déchets est très faible avec un taux de recyclage très élevé.

Parce que c’est sain
Par sa régulation hygrothermique performante, le bois est un matériau naturellement respirant, il absorbe l’excès d’humidité et le restitue par temps sec. Une maison en bois vous apporte un confort de vie et une sensation immédiate de bien-être. Par sa perméabilité aux rayonnements cosmiques et telluriques, le bois contribue à la santé de l’homme…

MAISON BOISArticle a Lire dans le magazine de l’Habitat Durable 2018

Parution Septembre 2018 – En vente 4€50 dans les maisons de presse.

SALON DE L’HABITAT • LA ROCHE-SUR-YON

Rendez-vous dès aujourd’hui et durant tout ce week-end (28-29-30 septembre 2018)  au parc expo les Oudairies à la Roche-sur-Yon pour Salon : Habitat & Co en présence de Stéphane THEBAUT.

Le magazine de l’Habitat durable n°11 est remis gratuitement aux visiteurs dès l’entrée du salon et à l’espace animation. Un week-end entier consacré à votre maison et à son équipement…

HABITAT DURABLE 2018

Le Magazine de l’Habitat durable et des énergies renouvelables sort de Presse !

Une nouvelle parution présentant l’actualité et les informations essentielles pour construire ou rénover. 128 p dans lesquelles vous trouverez les professionnels et les artisans vendéens qui donnerons vie à votre projet, sans oublier les organismes pour le financement.

Le magazine de l’Habitat durable est en vente 4,50 Euros dans les maisons de presse, disponible sur Vendee Mag, Habitat Durable 2018 et offert aux visiteurs du salon de L’Habitat and Co, en présence de Stéphane Thébaut, les 28,29 et 30 septembre prochain à la Roche-sur-Yon, parc des Oudairies.

 

Habitat Durable Spécial Vendée

Avec le magazine « Habitat Durable & Energies renouvelables » faites que vos projets deviennent réalité !

Vous trouverez dans ce magazine 128 pages de conseils pour la mise en œuvre de tous vos projets. Construire, aménager, ou rénover votre maison, il sera pour vous un outil indispensable.

Vous préférez plutôt une maison traditionnelle ? Vous trouverez à coup sûr dans notre magazine, le constructeur qui bâtira votre maison. Ils ont tous une sérieuse réputation ; ce sont des professionnels aguerris qui sauront répondre à vos attentes.

Vous souhaitez rénover ou agrandir votre maison ? Trouver tous les conseils pour améliorer le confort technique et comment gagner de précieux mètres carrés pour plus de confort dans votre maison. Les extensions permettent aussi d’améliorer le confort thermique de l’existant tout en valorisant le bien. C’est également la possibilité de donner un coup de jeune à sa maison et d’améliorer sa performance énergétique !

Enfin, découvrez toutes les aides publiques et les crédits d’impôts pour alléger vos factures et pour financer une partie de vos projets.

Magazine vendu en maison de presse dans le département de la Vendée et dans les départements limitrophes. Présent également sur tous les salons de l’habitat en Vendée.

Consultez gratuitement la version digitale du magazine : www.habitat-durable-vendee.com