Les Délices de Louison misent sur la proximité

L’entreprise boulangère vendéenne installée à Bellevigny privilégie les circuits courts. Depuis sa création en 1979, elle a toujours favorisé les producteurs du département. Une approche responsable érigée en philosophie qui lui a valu plusieurs prix et récompenses.

Niché au calme de la campagne vendéenne, le groupe Patismatique est installé sur les 600 m2 d’une ancienne menuiserie. Là, quatre boulangers élaborent cookies, viennoiseries et sandwichs, regroupés sous la marque Les Délices de Louison. Des produits qui alimentent les 400 distributeurs automatiques de l’enseigne. À la tête de l’entreprise familiale d’une vingtaine de salariés, Betty Vergnaud et son frère Marc, cultivent une complémentarité fraternelle, moteur de l’entreprise.

Presque 40 ans d’expérience
Tout a commencé rue Clemenceau à La Roche-sur-Yon. « Mon grand-père y avait sa boulangerie » raconte Betty Vergnaud. « Un jour, il reçoit une demande du CHD de La Roche pour y distribuer des viennoiseries et des sandwichs. » Le boulanger acquiert alors deux distributeurs automatiques dont il confie l’approvisionnement à son fils, le père de Betty et Marc. Patismatique était née. « À l’époque l’entreprise tenait dans les 33 m2 du garage familial. » De nouveaux distributeurs sont rapidement installés sur d’autres sites, notamment au sein de l’entreprise Esswein.
Au début des années 90, Patismatique migre aux Oudairies dans un local de 160 m2. Dix ans plus tard, l’entreprise intègre ses locaux actuels de La Vergne. Aujourd’hui, le groupe Patismatique produit sous la marque Les Délices de Louison et distribue sous l’enseigne Ekibé. Il vend 700 000 produits par an, principalement en milieu universitaire, et réalise un chiffre d’affaire de 3 millions d’euros.

LES DELICES DE LOUISON 2

Le bon sens vendéen
Si elle distribue en Vendée, en Loire-Atlantique et en Maine-et-Loire, Patismatique cultive également la proximité pour ses matières premières. Farine agri-éthique de La Chaize-le-Vicomte, beurre de Belleville-sur-Vie, sel de Noirmoutier, oeufs de Chauché… Hormis la concession aux produits exotiques (sucre, cacao), l’entreprise met un point d’honneur à travailler avec les producteurs locaux.

« Ils avaient « ce bon sens vendéen ».
Et puis nous avons tout ce qu’il nous faut ici, alors pourquoi chercher ailleurs ? » Une approche éthique et responsable qui apporte aussi d’autres avantages. « En plus de la traçabilité, du faible bilan carbone et de la qualité des produits, cela facilite beaucoup le dialogue avec nos fournisseurs. On peut plus aisément faire valoir auprès d’eux notre démarche durable et les y impliquer. » Dans le mode de distribution, l’approche écologique est aussi là. Les déplacements des livreurs sont optimisés pour une consommation limitée de carburant, les distributeurs automatiques sont économes en électricité et permettent la collecte des déchets pour recyclage.

DELICES DE LOUISON 3

Proximité avec le terrain
C’est un peu plus rare aujourd’hui, mais il arrive encore à Betty ou à Marc de remplacer au pied levé un livreur. Ce qui a parfois des conséquences inattendues. « Je me suis rendu compte de la fatigue que cela peut occasionner pour le salarié » explique Betty. « Et j’ai aussi constaté la consommation d’énergie lorsqu’on ouvre les portes du fourgon frigorifique ». Une expérience sur le terrain qui aboutira à un réaménagement par Marc des véhicules. Résultat : bientôt deux nouveaux fourgons repensés pour plus de confort et moins de consommation. « Nous essayons d’être le plus à l’écoute possible du personnel. La taille humaine de l’entreprise nous permet ce retour rapide de l’expérience du terrain.

Suite A lire dans le magazine J’OSE EN VENDEE n°5 – Parution Avril 2018