Cosmétiques Bio, Sanoflore, des soins cosmétiques certifiés Bio depuis 1986.

Tous les indicateurs sont au vert. Soins, shampooings, make-up et même parfum s’attachent à préserver la planète et notre peau.

Qu’il s’agisse d’alimentation, d’habillement ou de mode de vie, le green s’impose comme l’alternative idéale pour un public toujours plus préoccupé par les questions de santé et désireux de savoir avec exactitude ce qu’il consomme.
Et s’il y a un domaine dans lequel la tendance gagne du terrain, c’est la beauté. Toujours plus efficaces et plus désirables, les soins au naturel défrichent de nouveaux territoires.

Un soin cosmétique certifié Bio, qu’est-ce que c’est ?
Les soins cosmétiques certifiés Bio désignent une famille de produits, qui privilégient l’utilisation d’ingrédients naturels et d’origine naturelle, respectueux de l’environnement, et issus de l’agriculture biologique.
Ces ingrédients sont divisés  en 4 catégories :
L’eau : non certifiable en Bio.
Les minéraux : naturels mais non certifiables en Bio.
Les ingrédients végétaux : ils représentent la majeure partie des ingrédients Bio et ils incluent : hydrolats, huiles végétales, extraits de plantes, huiles essentielles, cires végétales, etc.
Les conservateurs : non Bio, ils sont approuvés par le référentiel COSMOS.

Comment reconnaître un vrai cosmétique Bio ?
Vérifiez la présence des certifications par des organismes agréés comme Ecocert et des labels (Cosmébio, COSMOS ORGANIC…) qui sont des garanties. Un vrai cosmétique bio est encadré et obéit à des contrôles (au moins une fois par an). Consultez la liste des ingrédients (obligatoire sur chaque étui) qui détaille la composition du produit et précise les pourcentages d’ingrédients Bio et le total d’origine naturelle de la formule.

Sanoflore, des soins cosmétiques certifiés Bio depuis 1986.
Située dans un environnement protégé, le Parc Naturel Régional du Vercors, dans la Drôme (le plus grand espace en France dédié à l’agriculture biologique), Sanoflore favorise les matières premières Bio issues de la production agricole locale et les circuits courts.  Ses produits, labellisés Cosmebio et certifiés Bio par Ecocert, privilégient les ingrédients issus de la distillation à la vapeur d’eau qui préserve les propriétés actives et la richesse sensorielle des plantes fraiches.  Tous les produits Sanoflore sont soumis à des études cliniques pour en évaluer l’efficacité et la tolérance.

A lire dans le magazine J’OSE EN VENDEE n°5 – Parution Avril 2018

Gaec Ursule à Chantonnay : Les Pionniers du Bio

Créée par Jacques et Pierrette Morineau, la ferme du Puysault à Chantonnay a fait partie des précurseurs à adopter un mode de culture et d’élevage durable. Aujourd’hui géré en Gaec, le site fait référence en la matière et forme les agriculteurs bio de demain.

Lorsqu’ils s’installent en 1983, les époux Morineau et leur associé Christian Gautier, ont déjà une certaine vision de la pratique agricole. « Cela ne les dérangeaient pas de faire les choses différemment de la masse » explique Marie Schwab, fille de Jacques et Pierrette et aujourd’hui co-gérante du Gaec.

Déjà, les vaches sont aux champs plutôt qu’en espace clos. Puis, par simple constatations, les exploitants vont s’apercevoir que le modèle de l’époque, essentiellement basé sur la chimie, n’est pas forcément plus productif et peut être dangereux « Quand j’étais petite, ils m’interdisaient d’approcher les zones d’épandage de produits. »
En 1989, un épisode météo catastrophique va être l’élément déclencheur. « Les produits chimiques n’ayant pas aidé à sauver les cultures, ils ont décidé de faire plutôt confiance à la nature. »

La toute première expérience entièrement bio se fera au travers de l’élevage de poules. Sur 400 m2 s’étend leur premier poulailler bio. Et ça marche ! Cette prise de conscience alliée à ce premier résultat positif conduira les associés à passer l’intégralité de la ferme en bio courant des années 2000.

Redécouvrir le métier

En 2009, il est temps pour Jacques et Pierrette de passer le relais. Et même si Jacques garde encore un pied dans l’exploitation, c’est sa fille, Marie, licence d’agronomie en poche, qui prend la suite avec son mari Sébastien. Sylvain Vergnaud, alors ouvrier à la ferme, devient le quatrième associé du Gaec. « Nous avons tous reçu une formation dans l’agriculture et nous continuons à nous former. Mes parents avaient déjà cette démarche de formation continue lorsqu’ils étaient aux commandes » précise Marie.

GAEC URSULE 2

Et aujourd’hui, ce sont eux qui forment les agriculteurs en vue d’installation ou de reconversion. « Nous appartenons à des groupes de réflexions sur les techniques et modes de production agricole. Grâce à ces formations, nous voyons les agriculteurs se réapproprier leur métier. » Car en effet, les solutions chimiques et la production intensive ont peu à peu éloigné l’exploitant de son métier de paysan.

De la réflexion et des solutions

Certes, le choix du bio met l’exploitant face à de nouveaux défis, mais, selon Marie, cela rend le métier plus intéressant. « On passe du temps à réfléchir aux choix techniques qui vont remplacer les pesticides pour les cultures. Ou à observer les animaux pour mieux les comprendre et adapter nos solutions. »
Des solutions qui passent, par exemple, par la rotation des cultures sur une même parcelle, avec des plantes complémentaires. Certaines favorisant la régénération du sol (pour la culture suivante), d’autres la lutte contre les insectes. L’aménagement de zone de friches (pour le repos de la terre), le respect du passage des animaux.
Pour optimiser la production, tout en respectant l’environnement, le Gaec Ursule mise également sur la multiplication des productions céréalières (blé meunier, pois, orges, féverole, lupin…) ce qui permet, même si une année est mauvaise pour l’une ou l’autre des cultures, d’avoir un minimum de revenu.

Mes parents ont toujours joué l’équilibre entre un système productif viable et le respect de l’environnement.

La taille des parcelles est limitée à 6 hectares, et ces dernières sont entourées de haies. Ce qui favorise la préservation de la biodiversité, notamment l’intervention des coccinelles sur les pucerons qui peuvent proliférer dans les cultures. Dans l’entretien de ces parcelles, le désherbage mécanique est préféré aux désherbants chimiques. Et les exploitants favorisent la mise en place de cercles vertueux, comme pour la culture du tournesol ou du colza.
« Nous produisons du colza pour l’huile » explique Marie. « Après pression, la masse végétale restante est utilisée comme aliment pour le bétail. Rien ne se perd ! ». Du bétail qui produira ensuite un fumier qui sera revalorisé en énergie par méthanisation.

Nous ne nous voyons pas travailler autrement aujourd’hui.

« Il faut être optimiste »
Pour les agriculteurs d’aujourd’hui, le bio n’est pas qu’un simple phénomène de mode. La prise de conscience est réelle et est affaire de convictions. Et le public porte désormais un autre regard sur le métier d’agriculteur et est soucieux de l’origine des produits qu’il consomme et de ses modes de production. « Il y a une vraie envie de connaître et de savoir comment les choses se passent. Comme dans les années 80, notre exploitation est aujourd’hui regardée, mais bien-sûr de façon différente. Nous avons à coeur de transmettre et d’expliquer. C’est très valorisant. Et même si nous avons toujours l’impression de faire les choses différemment des autres, nous espérons que ce sera de moins en moins le cas. Il faut être optimiste. »

GAEC URSULE 3

Le Gaec Ursule produit de l’huile de colza bio et en assure le conditionnement. L’huile est notamment distribuée en magasins bio sur tout le département de la Vendée.

A lire dans le magazine J’OSE EN VENDEE n°5 – Parution Avril 2018

Des éco-gestes à la maison

L’espace Info Énergie de Vendée vous propose de découvrir quelques gestes simples et astuces pour limiter vos consommations d’énergie à la maison.

Je m’absente plusieurs jours :

Chauffage
Pour bon nombre d’entre nous il existe dans l’année des périodes d’absence prolongée. Il est conseillé de diminuer jusqu’à la mise en hors gel pour une absence supérieure à 2 jours. Il existe aujourd’hui des programmateurs qui vous permettent d’anticiper votre retour, ce qui rend transparent cette diminution drastique de la température de consigne.

Eau chaude
Dans la même logique, vous pouvez couper totalement la production d’eau chaude sanitaire surtout si vous avez une chaudière avec accumulation. Pour un ballon électrique, il ne faut pas avoir peur de retrouver un ballon froid mais au-delà de 4 jours, les économies sont substantielles.

Ventilation
Pour des absences de plus de 4 jours, couper la ventilation, mais attention cependant au niveau d’humidité intrinsèque à votre maison. Ce geste est donc à effectuer au cas par cas.

Fuites d’eau
Pour un diagnostic rapide et efficace des fuites du logement, une absence prolongée est toujours le bon moment pour faire un relevé des compteurs et notamment celui de l’eau. La mesure sera alors nette et sans bavure.

L’eau coule moins vite
Aujourd’hui il est indispensable de maîtriser nos consommations d’eau, surtout si celle-ci est chauffée. Un calcul rapide nous apprend que pour 1 m3 d’eau tiède, soit 5 bains, vous avez environ 3,5 € pour l’énergie et 4 € pour l’eau elle-même soit une dépense de 7,5 €.
Pour être efficace dans l’utilisation de cette eau tiède, il suffit parfois de réduire le débit des robinets avec un mousseur.
Il se plaçe au bout des robinets et a pour vertu, de mélanger l’air à l’eau et donc de réduire la vitesse d’écoulement. On peut aussi réduire la pression avec un réducteur de débit. Cela se fait soit à l’aide d’un embout, soit d’une rondelle à placer à une jonction comme celle de la pomme de douche par exemple.
Ces investissement vous coûterons moins de 2 € pour chacun et seront en moyenne source d’une cinquantaine d’€ d’économies annuelles.

Je régule à la pompe
La régulation du système de chauffage peut se faire à 2 échelles différentes : à l’échelle temporelle et à l’échelle spatiale. Pour la première, nous pouvons jouer sur la programmation type jour nuit, ou présence absence, pour la seconde, nous avons des thermostats plus ou moins indépendants.
Pour un système centralisé avec chaudière et circuit hydraulique sur radiateur, le thermostat d’ambiance sera un allié important puisque celui-ci placé dans l’endroit le plus frais de la maison déclenchera ou non la production de chaleur. Les autres pièces seront alors régulées en complément avec des robinets thermostatiques pièce par pièce.
L’astuce proposée aujourd’hui est de vérifier comment fonctionne le circulateur ou la pompe de circulation. La manière la plus efficace d’installer votre thermostat c’est d’asservir la pompe de circulation à la demande, la pompe n’a pas d’intérêt à tourner quand le brûleur ne fonctionne pas. Ce geste peut générer une économie de de 200 à 300 kWh/an voire d’avantage si vous n’éteignez pas votre chaudière en été.

Je débranche ma box
Aujourd’hui tout un chacun a une box ou un décodeur satellite ou TNT. Ces appareils sont en permanence branchés. Sachez toutefois qu’une box consomme de 15 à 30 Watts en permanence, ce qui représente une dépense annuelle comprise entre 15 et 30 euros si celle-ci est sous tension 24h/24 et 365 jour par an. Si par exemple nous sommes absent tous les jours de la semaine de 8h00 à 17h30 et que nous dormons de 23h00 à 6h30, couper les connexions de 8h30 à 17h00 et de 00h30 à 6h00, ce qui correspond à 14h de gagnées par jour. A raison de 5 jours par semaines sur 47 semaines, on économise alors 49kWh pour une puissance de 15W. Cette économie s’élève à un peu mieux de 5 euros ce qui correspond à une réduction d’un tiers de la consommation initiale de la box. Pour y arriver simplement il suffit de se munir d’un programmateur et de bien dimensionner ces plages horaires.…

Suite A lire dans le magazine J’OSE EN VENDEE n°5 – Parution Avril 2018

Le Blanc, idéal pour renouveler sa décoration

Le blanc, luminosité et espace
Pour la quasi-totalité des Français (95%), repeindre son logement en blanc est un bon moyen de lui apporter de la luminosité : une astuce déco accessible et efficace, qui permet d’apporter une touche de modernité en quelques coups de pinceau. Mais c’est également l’opportunité d’apporter à son intérieur de la fraîcheur (85%), de l’espace (80%), de renforcer sa propreté (76%) ou de lui faire gagner en sérénité (74%). Les Français estiment que le blanc est gorgé de valeurs positives, et les personnes qui ont aujourd’hui des murs blancs sont les premiers avocats de leurs bénéfices : 60% estiment qu’ils apportent tous les bénéfices cités. Finalement, grâce à tous les changements positifs que le blanc peut apporter, 73% des Français considèrent que repeindre ses murs en blanc est un bon moyen pour renouveler sa décoration.

DECORATION BLANCHE

Le blanc est un incontournable pour les Français
Les Français estiment qu’hormis le chalet de montagne, pour lequel une ambiance bois est privilégiée, le blanc s’adapte à tous les logements. D’ailleurs, 3 Français sur 4 ont actuellement au moins une pièce aux murs blancs chez eux. Et les personnes qui ont aujourd’hui des murs blancs chez elles n’ont aucune envie d’y renoncer ! Elles refuseraient catégoriquement d’y installer de la peinture à fresques ou du lambris (à 76%), du carrelage (78%) et encore moins une moquette (92%). Le blanc est donc une tendance forte de la déco, qui sera encore fortement suivie cette année : 38% des Français envisagent de repeindre ou rafraîchir leurs murs en blanc dans les 12 prochains mois.

La couleur détermine une ambiance un confort visuel. Aujourd’hui face à nos vies stressantes, la maison représente un havre de paix, un cocon protecteur dans lequel se réfugier : on veut s’y sentir bien. Le blanc est le symbole de la paix, il a une action calmante, apaisante, purificatrice et contribue ainsi au bien-être tant recherché aujourd’hui.
En décoration, le blanc reste indémodable. Il est donc une valeur sûre qui agrandit l’espace et révèle la lumière, il révèle les autres couleurs et met en valeur les objets et les meubles. Il permet de s’exprimer en toute liberté, mais il ne faut pas trop jouer avec toutes ses nuances.

Article du magazine J’ose en Vendée n°3 – Parution Avril 2017

Le Feng-Shui

Qu’est ce que le Feng-Shui ?
La Chine est le berceau du Feng-Shui. Après 2000 ans d’observation de la nature, les Chinois ont trouvé les règles entre l’espace, le temps et l’homme. Cette discipline traditionnelle fait partie des médecines énergétiques chinoises telles que l’acupuncture, le shiatsu.
Le Feng-Shui enseigne les fondements de l’existence et donne des repères à l’homme afin qu’il trouve sa place dans ce monde en perpétuel mouvement.

Le Feng-Shui est-il d’activité ?
Nous exprimons le besoin de créer un univers ressourçant, accueillant, sécurisant et qui nous ressemble. Cette recherche perpétuelle de bien-être et de sérénité se doit d’exister aussi bien à la maison que sur notre lieu de travail.
Le Feng-Shui s’impose pour :
– l’achat d’un terrain et d’une habitation
– la construction d’une maison
– la rénovation d’un bien immobilier
– l’aménagement d’un lieu ou des pièces de vie.
Le Feng-Shui permet de placer les personnes dans des conditions optimales de bien-être et de productivité.

Comment procédez-vous dans un projet de construction neuve ?
Tout d’abord, je m’intéresse à l’environnement de la parcelle. En même temps, je prends connaissance de votre projet de vie, de vos besoins, de votre sensibilité pour vous apporter des solutions sur mesure, qui fournissent des informations sur la meilleure orientation de la maison, l’agencement des pièces de vie, l’orientation des lits, le choix des chambres pour les enfants et les parents. Je vous guide dans le choix des couleurs, des formes et des matériaux en fonction de votre personnalité.

feng-shui 2

Vous travaillez en équipe ?
Je travaille en étroite collaboration avec le dessinateur concepteur pour donner un sens à votre construction et lui permettre de répondre à votre besoin. Je respecte votre vie, vos goûts et vous apporte des solutions novatrices quant à la création de l’ambiance énergétique convenant à votre épanouissement personnel.

Un bon Feng-Shui dans la maison familiale, un bon positionnement crée une relation harmonieuse entre marie et femme, entretient une bonne santé, attire l’abondance et la prospérité.

Développer la joie de l’enfant avec l’agencement de son environnement qui prend en compte 3 dimensions essentielles de sa vie : sa créativité, sa scolarité et son sommeil.

C’est une formule alchimique ?
Le Feng-Shui n’a rien de magique, cette discipline permet de renforcer l’environnement dans lequel vous vivez et de vous soutenir dans les épreuves. « Accordez un piano et la probabilité que vous en tiriez une musique agréable est plus élevée, mais vous devez apprendre à en jouer ».

Une discipline essentiel à l’équilibre ?
En effet le Feng-Shui n’est qu’une pièce du puzzle de la vie, mais c’est elle qui joue le rôle de clé de voute permettant de voir le paysage existentiel dans sa globalité. Le Feng-Shui consiste à canaliser l’énergie subtile et fluide autour de nous pour faire régner l’harmonie et l’équilibre entre votre vie et l’environnement dans lequel vous vivez.

A lire dans le magazine J’OSE EN VENDEE n°5 – Parution Avril 2018