Sablais Célèbres… Léon et Léo David & Florelle

Sablais Célèbres… Léon et Léo David & Florelle

Sortant du marché Arago où il venait d’effectuer ses courses du jour, un estivant «tangenta» le boulevard Castelnau, avant de pénétrer dans la rue Léon et Léo David où il avait jeté l’ancre pour la durée de ses vacances sablaises.

Sur son banc habituel, le père Auguste Mathé, marin-pêcheur en retraite, tirait sur son antique bouffarde, observant comme chaque matin l’animation du quartier. Il faisait partie du décor et chacun le saluait au passage.
– Monsieur Mathé, demanda l’estivant, savez-vous à qui correspondent les deux prénoms de la rue David ?
– Léon, c’était le père et Léo…
– Le fils !
– Bonne déduction, mon gars ! Léon était le meilleur ténor de sa génération. En mars 1938, deux ans après avoir reçu la Légion d’Honneur, il fut nommé président du festival de Montréal et le gouvernement français lui décerna, en la circonstance, le titre de chargé de mission pour étudier l’organisation de l’enseignement du chant au Canada. Le point d’orgue d’une carrière qui l’a rendu célèbre dans le monde entier.
– Et Léo ?
– Ah, Léo ! Comme son père, il est né aux Sables et beaucoup de gens, dans cette ville, le considèrent comme l’homme du XXe siècle, tant il a accompli de choses positives ici, après une carrière lyrique écourtée par la maladie. Jugez-en : Pendant 10 ans président de l’aéro-club, il organisa les fameux meetings des années 50. Plusieurs centaines de milliers, de personnes sur la plage. Vous vous rendez compte !

Il fit partie des créateurs du rugby club sablais, du Rotary club et fut le père du fameux groupe folklorique Le Nouch qu’il emmena à la médaille de bronze aux Championnats du monde en Afrique du Sud, en 1985. Directeur du Grand Casino de 1951 à 1967, il œuvra aussi en qualité de président du Comité des Fêtes, de vice-président du Syndicat d’Initiative, administrateur de l’Office de Tourisme et donna son essor à la Fédération Anjou-Poitou-Saintonge du folklore, dont il était aussi président. Et j’en passe ! Aujourd’hui, sa fille cadette, Christine, a pris la relève artistique. Chanteuse guitariste, elle vient de sortir son quatrième album « Christine David chante Barbara ».

Et Florelle…

– Quelle belle famille sablaise(*) !
– Vous pouvez le dire. Je pourrais aussi vous parler d’une artiste sablaise qui a laissé son empreinte dans le cinéma français : Florelle ! De son vrai nom Odette Rousseau, elle est née à La Chaume en 1898. Après la guerre, elle a tourné trois films avec Maurice Chevalier, puis, doublure de Mistinguett au Moulin Rouge, elle y devient meneuse de revue. Dans les années trente, son activité cinématographique est intense. Elle tourne avec les plus grands : Jean Renoir, Fritz Lang et bien d’autres. La seconde guerre mondiale porte un coup dur à sa carrière. Elle termine sa vie aux Sables d’Olonne où elle tient un café (« Chez Florelle » bien sûr), près du Casino des Sports.
– N’était-ce pas elle qui était Gervaise dans le célèbre film de René Clément ?
– Oui, Monsieur ! Quelle belle femme c’était ! Talentueuse, gouailleuse et spontanée, il était impossible de ne pas subir son charme.
 FLORELLE

Auguste Mathé tirait sur sa pipe, à grandes goulées, pour cacher son émotion. Il conclut, sans le moindre chauvinisme :
– Léon et Léo David… Florelle… C’est un bien beau tiercé pour la ville des Sables d’Olonne !

 Jacques Bernard

 



(*) Léon David avait deux fils. Léo et José. José a fait également carrière dans la musique, en qualité de compositeur. Chaque été, un festival en la chapelle Bourgenay, au cœur de la ville, perpétue sa mémoire et
ses œuvres.

A lire dans les Sables d’Olonne Magazine n°20

Parution Mai 2018

Telechargez gratuitement les versions
digitales de nos magazines!

100% Gratuit! Recevez dans votre boite mail les versions digitales du Magazine des Sables d'Olonne et du Magazine de la Roche-sur-Yon. En bonus, des informations relatives à l'actualité de nos super magazines !

Un message vient de vous être envoyé sur votre boite email!

Suivre: