Championne de France de Saut d’obstacles de Poney

INES JAHAN

À 17 ans, la jeune sablaise a obtenu deux titres de Championne de France saut d’obstacles de poney.

Avec son brin de timidité, sa voix emplie de calme, de délicatesse et sa jeunesse manifeste, Inès a pourtant tout d’une grande : des objectifs bien déterminés et une soif de réussir hors norme qui lui a valu le titre de Championne de France d’équitation dans la catégorie AS Poney 1 en 2018. La jeune lycéenne de 17 ans vit à La Chaume et est en première STMG (Sciences et Technologies du Management et de la Gestion) au lycée Sainte-Marie-du-Port, aux Sables-d’Olonne. C’est à l’âge de 7 ans qu’elle débute l’équitation. Si la discipline n’a pas réussi à séduire sa grande sœur et son grand frère, elle a toutefois perduré à travers les générations : son grand-père possédait des chevaux, sa maman montait également. « J’adore les chevaux et l’idée de créer un lien avec eux. J’ai appris à monter puis j’ai fait des stages. Le goût de la compétition m’est venu tout de suite », explique Inès simplement.

En 2014, elle se lance dans la compétition. « Ça relève mon trait de caractère car j’ai toujours envie de me battre et de faire mieux, en tout cas, du mieux que je peux. Ça me permet de penser à autre chose. » La jeune femme commence la compétition avec une ponette louée par ses parents et remportera avec elle le titre de Vice-championne de France dans la catégorie Poneys 2 en 2015. Une expérience qui donne à Inès toute la force de poursuivre dans sa lancée et l’envie de remporter de nouvelles récompenses.

INES JAHAN2

Double championne

L’année suivante, avec une nouvelle ponette, elle remporte le titre de Championne de France dans la catégorie Poney 8, une catégorie de saut d’obstacles supérieure. Les titres de championne s’enchaînent et convainquent ses parents d’acheter un poney encore plus performant afin de concourir dans les plus hautes épreuves : 1,30 m. « Je suis allée un peu partout en France pour essayer des poneys. C’est important de voir comment l’animal se comporte avec nous.

Le ressenti qu’on a en le montant et la compatibilité de nos caractères sont essentiels », détaille la jeune cavalière.
C’est finalement pour un poney basé à Rouen qu’Inès aura le coup de cœur : Star des islots, dont elle est propriétaire depuis trois ans. Un compagnon de compétition qui porte bien son nom puisqu’elle a remporté avec lui son deuxième titre de Championne de France à Lamotte-Beuvron, dans le Loir-et-Cher, cette fois dans la catégorie AS Poney 1, en 2018. Une consécration pour Inès. « Ces titres sont l’aboutissement de longues années de travail d’autant plus que le fait de faire trois podiums avec trois poneys différents m’a demandé énormément de travail », glisse Inès. Un investissement intense mais aussi un temps précieux car la compétitrice a participé à 2 voire 3 concours par mois dans le but de parvenir à une qualification.

INES JAHAN3
Entraînement quotidien

Aujourd’hui, Inès s’entraîne une heure chaque jour au centre équestre de Bellenoue, où est hébergé Star des islots. « Je lui laisse quand même du repos le lundi et le jeudi », précise-t-elle. En période de compétition, avec son coach, Maxime Galataud qui l’entraîne depuis ses débuts, elle se prépare mentalement à atteindre les objectifs. « J’essaie de relativiser en me disant que c’est une compétition comme les autres pour ne pas me mettre trop de pression. Il faut avoir une solide technique parce que le moindre faux pas peut être conséquent. Il ne faut pas que le barre tombe ni avoir de refus du cheval… »
Un rythme effréné qui implique aussi beaucoup de sacrifices et demande une réelle organisation. « Difficile pour moi de consacrer du temps à une autre passion. Le week-end, je dois souvent m’arranger pour partir le vendredi après-midi et revenir le dimanche soir. Les compétitions que je fais en ce moment sont dans le Grand Ouest mais ne sont quand même pas toutes proches comme au Mans, à Saint-Lô… »
Mais la cavalière ne compte pas s’arrêter là et participera pour la première fois à un grand prix au Lion-d’Angers accompagnée comme à chaque fois de sa maman, fidèle spectatrice. « C’est la plus haute épreuve : 1,25 m – 1,30 m. Les meilleurs cavaliers concourent entre eux donc la pression est plus forte », détaille la championne désormais sponsorisée par « Les Sables d’Olonne Agglomération ». En juillet, les rendez-vous se poursuivront par les championnats de France avant une période de repos et une reprise en septembre.
La cavalière ne sait peut-être pas encore quelle voie elle prendra après le lycée mais une chose est sûre, elle a intégré et prouvé sa propre définition de ce qu’est être une bonne cavalière : « Avoir de la patience car le lien avec le cheval se fait avec le temps, persévérer dans le travail, toujours se dépasser et aller au meilleur de soi-même. » Tout est dit.

A lire dans LES SABLES D’OLONNE Magazine n°21, Parution Mai 2019

Telechargez gratuitement les versions
digitales de nos magazines!

100% Gratuit! Recevez dans votre boite mail les versions digitales du Magazine des Sables d'Olonne et du Magazine de la Roche-sur-Yon. En bonus, des informations relatives à l'actualité de nos super magazines !

Un message vient de vous être envoyé sur votre boite email!