Alexandre Leloup, au cinéma ses chiens ont la vedette !

Alexandre Leloup, au cinéma ses chiens ont la vedette !

Si son visage ne vous dit rien, il y a de fortes chances que vous ayez déjà aperçu l’un de ses fidèles compagnons à l’écran. Depuis huit ans, le Yonnais de 29 ans dresse des petites boules de poils pour le 7e art. Ses comédiens d’un autre genre ont tourné au côté des grands noms du cinéma comme Gérard Depardieu, Robert De Niro, Christian Clavier…

C’est sans doute de ses terre-neuve, lorsqu’il était enfant, qu’est née sa passion pour l’espèce canine.
Quelques années plus tard, à partir de l’âge de 16 ans, Alexandre Leloup a débuté les saisons au Puy du Fou, en participant notamment au spectacle « Les Vikings », lequel met en scène des chiens-loups parmi une multitude d’animaux. C’est là également qu’il y a fait une rencontre déterminante. Celle de Patrick Pittavino, grand dresseur de chiens pour le cinéma. « Il m’a mis le pied à l’étrier après un début d’études en fac de médecine puis une formation en éducation canine. »

Pour suivre sa vocation et travailler avec les productions, le jeune homme s’est éloigné de sa Vendée natale en s’installant à Grainville, une petite ville de Normandie située à moins d’une heure de Rouen. « J’exerce toujours dans l’écurie de Patrick Pittavino, au côté de deux autres dresseurs. C’est l’une des quatre grandes infrastructures de dressage pour le cinéma. Notre équipe est la seule à se concentrer sur le dressage canin », glisse Alexandre Leloup.

LELOUP AU CINEMA

Une soixantaine de tournages
Depuis ses débuts, le jeune homme a participé à une soixantaine de tournages en France et à l’étranger comme au Maroc, en Belgique et plus loin encore… « Je suis allé au Panama lors du tournage de « Paradise Lost », un long-métrage sur Pablo Escobar avec Benicio Del Toro. La scène avec le chien est très courte mais ça a quand même demandé deux semaines de travail. Il fallait compter trois jours de voyage pour se rendre sur l’île. C’était la vraie aventure », détaille Alexandre Leloup.
On peut également citer le film « Malavita » de Luc Besson, réunissant Robert De Niro et Michelle Pfeiffer, « La dream team », une comédie de Thomas Sorriaux avec Gérard Depardieu dans laquelle le Golden du dresseur, Djembé, est à l’affiche, ou encore les dernières aventures d’Astérix et Obélix. « Quand on rentre chez soi le soir en repensant à sa journée de travail, on se dit qu’on a quand même de la chance. »
Pour courir les castings, l’équipe Pittavino compte une quarantaine de chiens. Parmi eux, des Malinois, des Golden, des Labrador, réputés pour être obéissants, mais aussi Pitbull et autres races.
« Avant le tournage, on reçoit le scénario et on présente plusieurs chiens. Parfois, on tourne seulement 1 minute 30 mais ça nécessite une grande rigueur car on effectue plusieurs prises. On est évidemment attentifs au bien-être de nos bêtes donc on fait attention avec les jeunes chiens et avec ceux qui fatiguent plus vite, détaille Alexandre Leloup. On évolue au fil des tournages. Les chiens aussi. »

Une équipe sensible à la cause animale
Loin de s’arrêter au cinéma, l’équipe collabore également à des téléfilms ainsi qu’à des spots publicitaires pour l’association pour la défense et la protection des animaux 30 Millions d’amis.
« C’est une cause qui nous touche. J’ai par exemple participé au tournage d’une publicité contre l’abandon des animaux. Nous dressons aussi des chiens et chats récupérés à la SPA. C’est le cas du chat qui a tourné dans « Gaston Lagaffe » », poursuit le Yonnais, amateur de concours d’obéissance.

Côté planning, le moins que l’on puisse dire, c’est que le sien ne désemplit pas. « Je travaille sur la série « Nox », de Canal +, avec Nathalie Baye. Récemment, j’ai participé aux tournages des films « Momo » et « Epouse-moi mon pote ». »
Si les projets ne manquent pas, le dresseur évoque toutefois l’envie de revenir vivre sur ses terres vendéennes. « J’y retourne régulièrement puisque j’interviens chaque mois au Puy du Fou. Mais j’aimerais m’installer en Vendée. Côtoyer le monde des paillettes, c’est bien mais ça ne fait pas toute une vie. »

A lire dans la Roche-sur-Yon Magazine, parution décembre 2017.

Telechargez gratuitement les versions
digitales de nos magazines!

100% Gratuit! Recevez dans votre boite mail les versions digitales du Magazine des Sables d'Olonne et du Magazine de la Roche-sur-Yon. En bonus, des informations relatives à l'actualité de nos super magazines !

Un message vient de vous être envoyé sur votre boite email!

Suivre: